Le rapport alarmant du GIEC (FDS#36)

Fil de Science

0:00
4:50
10
10

Le rapport alarmant du GIEC (FDS#36)

Fil de Science

Pour cette semaine du 9 août : un rapport alarmant du GIEC, des blobs dans l'espace, des fossiles de mammouths, une collision terre-astéroïde et un robot-caméléon. Bonne écoute, et bon week-end !

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous ! Bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

Le sixième rapport du GIEC vient d’être publié. 4.000 pages, 14.000 publications scientifiques scrutées, 233 scientifiques de 65 pays différents.Et ses prévisions, sans grande surprise, ne sont pas réjouissantes : augmentation de la température globale de 2 degrés désormais presque inévitable, augmentation de la fréquence des catastrophes naturelles, accumulation de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, acidification des océans, selon cinq scénarios étudiés par le groupe d’experts.Ces changements ne seront évidemment pas sans conséquence sur la vie des êtres humains et sur celle du vivant en général. Mais il n’est pas encore trop tard. Il est encore temps de prendre des décisions drastiques. Cependant cela suppose que l’écologie devienne la priorité numéro un quel que soit le parti politique au pouvoir dans les pays du monde entier. Rappelons-nous de mars 2020. Face à la pandémie, nous n’avions pas eu le choix. Nous avions dû faire face. Nous sommes donc capables de le faire à nouveau.

Connaissez-vous le blob ? Cet être unicellulaire un peu à la mode va être utilisé dans le cadre d’expérimentations novatrices et également dans un but pédagogique. Tandis que des scientifiques étudieront les effets de l’absence de gravité sur le comportement du blob dans la station spatiale internationale, d'autres réalisent les mêmes expériences sur la terre. Si les résultats nous en apprendront plus sur cet organisme vivant si singulier, ils permettront également de sensibiliser les élèves de la primaire au lycée à l’effet de la gravitation sur le vivant. 

Aimeriez-vous remonter dans le temps afin d’observer la vie d’un mammouth laineux ? À peu de chose près, c’est la prouesse qu'a réalisée une équipe de scientifiques en étudiant les défenses fossiles d’un individu appartenant à cette espèce en Alaska. À l’instar des strates pour étudier l’environnement géologique d’antan, les défenses de ces mammouth constituent une véritable mine d’or de données desquelles on peut induire des informations sur son environnement ancestral. Des analyses chimiques ont pour la première fois confirmé l’hypothèse du mammouth laineux comme étant un grand voyageur : il parcourait en distance l’équivalent de deux fois le tour de la Terre pendant sa courte vie de 28 ans. Ce qui amenait les mammouths laineux à se déplacer, reste, à l’heure actuelle, difficile à dire. 

Loin des titres sensationnels, la mission Osiris-Rex de la NASA essaie de déterminer quelles seront les chances réelles pour l’astéroïde géocroiseur Bennu d’entrer en collision avec la Terre en 2135. Nos connaissances à ce sujet sont inquiétantes. En effet, selon la NASA, il existerait 4.700 astéroïdes potentiellement dangereux, c’est-à-dire avec un diamètre supérieur à 150 mètres et seulement 20 à 30 % d'entre eux seraient identifiés et localisés. Pour déterminer les chances qu’un astéroïde a de percuter notre planète, les scientifiques prennent en considération plusieurs variables afin de déterminer les différents scénarios possibles de l’orbite de l’astéroïde. Si les calculs théoriques ont prédit que l’astéroïde passera près de la terre en 2135, les données récoltées par la NASA et les calculs réalisés à partir de ces dernières suggèrent le 24 septembre 2182 comme date précise avec une probabilité d’impact d’une chance sur 2700. 

La richesse du vivant a souvent inspiré l’ingénierie et la technologie. La dernière invention en date : un robot caméléon qui, à l’instar du reptile, adapte sa couleur à son environnement à l’aide d’une membrane composée de cristaux liquides thermochromiques avec, en dessous, des nanofils d’argents qui chauffent la membrane en question. Grâce à ce procédé, le robot caméléon est déjà capable de changer de couleur et de créer des motifs pour se fondre dans le décor. Une technologie qui pourrait servir dans de nombreuses spécialités tels que le domaine militaire, celui de l’architecture ou encore de l’art et de la mode. 

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas nous laisser un commentaire avec le hashtag #FuturaPod, et cinq étoiles sur vos applications audio préférées. Rendez-vous demain, à 10h30 pour un nouvel épisode de Chasseurs de Science dédié à Anatoli Bugorski, l’homme qui a mis sa tête dans un accélérateur de particules. Pour le reste, on se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous ! 

Crédits :

Musique : Patricia Chaylade

Texte et voix : Julien Hernandez

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Les hunters, ces hackers éthiques qui chassent les bugs (TechPod #7)

Fil de Science

1,4 millions de dossiers médicaux piratés (FDS #41)

Fil de Science

Covipod #16 : ce vaccin n'est pas assez efficace contre le variant Delta

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Pour cette semaine du 9 août : un rapport alarmant du GIEC, des blobs dans l'espace, des fossiles de mammouths, une collision terre-astéroïde et un robot-caméléon. Bonne écoute, et bon week-end !

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous ! Bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

Le sixième rapport du GIEC vient d’être publié. 4.000 pages, 14.000 publications scientifiques scrutées, 233 scientifiques de 65 pays différents.Et ses prévisions, sans grande surprise, ne sont pas réjouissantes : augmentation de la température globale de 2 degrés désormais presque inévitable, augmentation de la fréquence des catastrophes naturelles, accumulation de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, acidification des océans, selon cinq scénarios étudiés par le groupe d’experts.Ces changements ne seront évidemment pas sans conséquence sur la vie des êtres humains et sur celle du vivant en général. Mais il n’est pas encore trop tard. Il est encore temps de prendre des décisions drastiques. Cependant cela suppose que l’écologie devienne la priorité numéro un quel que soit le parti politique au pouvoir dans les pays du monde entier. Rappelons-nous de mars 2020. Face à la pandémie, nous n’avions pas eu le choix. Nous avions dû faire face. Nous sommes donc capables de le faire à nouveau.

Connaissez-vous le blob ? Cet être unicellulaire un peu à la mode va être utilisé dans le cadre d’expérimentations novatrices et également dans un but pédagogique. Tandis que des scientifiques étudieront les effets de l’absence de gravité sur le comportement du blob dans la station spatiale internationale, d'autres réalisent les mêmes expériences sur la terre. Si les résultats nous en apprendront plus sur cet organisme vivant si singulier, ils permettront également de sensibiliser les élèves de la primaire au lycée à l’effet de la gravitation sur le vivant. 

Aimeriez-vous remonter dans le temps afin d’observer la vie d’un mammouth laineux ? À peu de chose près, c’est la prouesse qu'a réalisée une équipe de scientifiques en étudiant les défenses fossiles d’un individu appartenant à cette espèce en Alaska. À l’instar des strates pour étudier l’environnement géologique d’antan, les défenses de ces mammouth constituent une véritable mine d’or de données desquelles on peut induire des informations sur son environnement ancestral. Des analyses chimiques ont pour la première fois confirmé l’hypothèse du mammouth laineux comme étant un grand voyageur : il parcourait en distance l’équivalent de deux fois le tour de la Terre pendant sa courte vie de 28 ans. Ce qui amenait les mammouths laineux à se déplacer, reste, à l’heure actuelle, difficile à dire. 

Loin des titres sensationnels, la mission Osiris-Rex de la NASA essaie de déterminer quelles seront les chances réelles pour l’astéroïde géocroiseur Bennu d’entrer en collision avec la Terre en 2135. Nos connaissances à ce sujet sont inquiétantes. En effet, selon la NASA, il existerait 4.700 astéroïdes potentiellement dangereux, c’est-à-dire avec un diamètre supérieur à 150 mètres et seulement 20 à 30 % d'entre eux seraient identifiés et localisés. Pour déterminer les chances qu’un astéroïde a de percuter notre planète, les scientifiques prennent en considération plusieurs variables afin de déterminer les différents scénarios possibles de l’orbite de l’astéroïde. Si les calculs théoriques ont prédit que l’astéroïde passera près de la terre en 2135, les données récoltées par la NASA et les calculs réalisés à partir de ces dernières suggèrent le 24 septembre 2182 comme date précise avec une probabilité d’impact d’une chance sur 2700. 

La richesse du vivant a souvent inspiré l’ingénierie et la technologie. La dernière invention en date : un robot caméléon qui, à l’instar du reptile, adapte sa couleur à son environnement à l’aide d’une membrane composée de cristaux liquides thermochromiques avec, en dessous, des nanofils d’argents qui chauffent la membrane en question. Grâce à ce procédé, le robot caméléon est déjà capable de changer de couleur et de créer des motifs pour se fondre dans le décor. Une technologie qui pourrait servir dans de nombreuses spécialités tels que le domaine militaire, celui de l’architecture ou encore de l’art et de la mode. 

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas nous laisser un commentaire avec le hashtag #FuturaPod, et cinq étoiles sur vos applications audio préférées. Rendez-vous demain, à 10h30 pour un nouvel épisode de Chasseurs de Science dédié à Anatoli Bugorski, l’homme qui a mis sa tête dans un accélérateur de particules. Pour le reste, on se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous ! 

Crédits :

Musique : Patricia Chaylade

Texte et voix : Julien Hernandez

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science