Le Nord-Ouest de l'Amérique est en flammes (FdS#31)

Fil de Science

0:00
4:44
10
10

Le Nord-Ouest de l'Amérique est en flammes (FdS#31)

Fil de Science

Pour cette semaine du 28 juin : une canicule destructrice en Amérique du Nord, une souche de peste vieille de 5.000 ans, des dinosaures sur le déclin, une comète en route vers le soleil et des cheveux blancs qui retrouvent des couleurs. Bonne écoute, et bon week-end !

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

Si vous avez suivi l’actualité, cela ne vous a pas échappé : le Nord de l’Amérique a chaud. Une vague de chaleur sans précédent s’est en effet abattue sur l'ouest des États-Unis et du Canada le mois dernier, avec des températures record qui ne présagent rien de bon. Cette semaine, le mercure est monté jusqu'à 43 °C à Quillayute, dans l’État de Washington. Quant à la ville canadienne de Lytton, elle connaît un sort pire encore. Le 29 juin, les météorologues y enregistraient la température cuisante de 49,6°C contre des normales saisonnières de 20°C, et ce matin, les officiels ont confirmé que la ville avait brûlé à 90% dans un incendie ravageur. Face à ces changements drastiques, les autorités s’inquiètent tant pour la nature que pour les populations. Le long de la côte Ouest, les feux de forêts ont repris avec plus d’intensité encore que l’année dernière, emportant avec eux des centaines d’habitations. Au Canada seul, près de 500 cas de morts subites liées à la chaleur ont déjà été reportés. Derrière ces phénomènes météorologiques extrêmes, le réchauffement climatique, comme toujours, est à blâmer et nous démontre à quelle vitesse la situation peut s’aggraver pour chaque mois que nous passons à l’ignorer.

La peste ne date pas d’hier, ni du Moyen-Âge semblerait-il. Les analyses des restes d'un chasseur-cueilleur du Néolithique ont révélé, près de 200 ans après leur découverte, la plus ancienne souche de peste chez l'Homme. L’étude, menée par l’université de Kiel, en Allemagne, indique que cette bactérie vieille de 5.000 ans comportait déjà à l’époque la plupart des gènes caractéristiques de la peste noire qui ravagea l’Europe au XIVe siècle. Seule différence : elle n’était alors pas encore contagieuse pour les puces, une mutation qui aurait participé à rendre la bactérie plus transmissible chez l’homme et surtout, plus mortelle. Qui sait, peut-être l’ère médiévale n’aurait-elle pas connu la grande peste si les hommes et les femmes du Néolithique avaient porté leurs masques et reçu un vaccin.

Les dinosaures auraient-ils disparu sans l’impact d’une météorite avec la Terre ? Peut-être pas. Des chercheurs proposent aujourd'hui une nouvelle lecture du registre fossile, en présentant des dinosaures déjà sur le déclin avant la catastrophe. En cause, notamment, un changement climatique soudain qui aurait entraîné un déclin de la biodiversité avant l’événement fatal. La température aurait en effet chuté de 7°C en l’espace d’une dizaine de millions d’années. Pas si énorme pour une période aussi longue ? L’équipe du CNRS était prête à le croire mais leur résultats semblent bel et bien indiquer que même lorsqu’on est un reptile géant de plusieurs tonnes, quelques degrés en plus ou en moins, ça compte énormément.

C'est le buzz du moment, une comète du nom de 2014 UN271 fonce actuellement droit vers le Soleil. Comme son nom l’indique, l’objet avait été découvert en 2014, mais n’est revenu sur le devant de la scène que des années plus tard, en analysant les données collectées trahissant son existence. Sa taille pour l’instant reste encore un mystère. Bien qu’une comète possède généralement une taille de l'ordre de la dizaine de kilomètres, dans le cas de 2014 UN271, les mesures de sa brillance laissent penser que son diamètre se situeraient plutôt autour de la centaine de kilomètres, et pourrait même dépasser les 300 kilomètres. Si son observation à l’œil nu ne sera malheureusement pas possible, nous invitons néanmoins les astronomes amateurs dotés d’un télescope de 200 mm et plus à braquer leurs objectifs dans sa direction.

Et enfin, pour ceux et celles qui n’aiment pas vieillir, sachez que les cheveux blancs ne sont pas une fatalité. Plus précisément, les cheveux blancs occasionnés par le stress peuvent retrouver leurs couleurs. C’est le constat étonnant qu’ont récemment fait les chercheurs, qui ont observé qu’il était possible de retracer les épisodes stressants vécus par plusieurs candidats en observant simplement les variations de pigmentation de leurs cheveux. Un résultat surprenant qui, nous l’espérons, vous invitera à profiter de ce week-end pour vous détendre. Les images de cette étude et nos autres actualités sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas le poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FuturaPod, et laissez-nous une note sur vos applications audio préférées. Rendez-vous demain, à 10h30 pour un nouvel épisode de Chasseurs de Science sur une mystérieuse épidémie qui a sauvé des vies durant la Seconde guerre mondiale. Pour le reste, on se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Covipod #13 : la 3ème dose va-t-elle être nécessaire face au variant Delta ?

Fil de Science

De la vapeur d'eau sur Ganymède (FdS#34)

Fil de Science

Cyberguerre : la France sous attaque chinoise (TechPod #2)

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Pour cette semaine du 28 juin : une canicule destructrice en Amérique du Nord, une souche de peste vieille de 5.000 ans, des dinosaures sur le déclin, une comète en route vers le soleil et des cheveux blancs qui retrouvent des couleurs. Bonne écoute, et bon week-end !

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

Si vous avez suivi l’actualité, cela ne vous a pas échappé : le Nord de l’Amérique a chaud. Une vague de chaleur sans précédent s’est en effet abattue sur l'ouest des États-Unis et du Canada le mois dernier, avec des températures record qui ne présagent rien de bon. Cette semaine, le mercure est monté jusqu'à 43 °C à Quillayute, dans l’État de Washington. Quant à la ville canadienne de Lytton, elle connaît un sort pire encore. Le 29 juin, les météorologues y enregistraient la température cuisante de 49,6°C contre des normales saisonnières de 20°C, et ce matin, les officiels ont confirmé que la ville avait brûlé à 90% dans un incendie ravageur. Face à ces changements drastiques, les autorités s’inquiètent tant pour la nature que pour les populations. Le long de la côte Ouest, les feux de forêts ont repris avec plus d’intensité encore que l’année dernière, emportant avec eux des centaines d’habitations. Au Canada seul, près de 500 cas de morts subites liées à la chaleur ont déjà été reportés. Derrière ces phénomènes météorologiques extrêmes, le réchauffement climatique, comme toujours, est à blâmer et nous démontre à quelle vitesse la situation peut s’aggraver pour chaque mois que nous passons à l’ignorer.

La peste ne date pas d’hier, ni du Moyen-Âge semblerait-il. Les analyses des restes d'un chasseur-cueilleur du Néolithique ont révélé, près de 200 ans après leur découverte, la plus ancienne souche de peste chez l'Homme. L’étude, menée par l’université de Kiel, en Allemagne, indique que cette bactérie vieille de 5.000 ans comportait déjà à l’époque la plupart des gènes caractéristiques de la peste noire qui ravagea l’Europe au XIVe siècle. Seule différence : elle n’était alors pas encore contagieuse pour les puces, une mutation qui aurait participé à rendre la bactérie plus transmissible chez l’homme et surtout, plus mortelle. Qui sait, peut-être l’ère médiévale n’aurait-elle pas connu la grande peste si les hommes et les femmes du Néolithique avaient porté leurs masques et reçu un vaccin.

Les dinosaures auraient-ils disparu sans l’impact d’une météorite avec la Terre ? Peut-être pas. Des chercheurs proposent aujourd'hui une nouvelle lecture du registre fossile, en présentant des dinosaures déjà sur le déclin avant la catastrophe. En cause, notamment, un changement climatique soudain qui aurait entraîné un déclin de la biodiversité avant l’événement fatal. La température aurait en effet chuté de 7°C en l’espace d’une dizaine de millions d’années. Pas si énorme pour une période aussi longue ? L’équipe du CNRS était prête à le croire mais leur résultats semblent bel et bien indiquer que même lorsqu’on est un reptile géant de plusieurs tonnes, quelques degrés en plus ou en moins, ça compte énormément.

C'est le buzz du moment, une comète du nom de 2014 UN271 fonce actuellement droit vers le Soleil. Comme son nom l’indique, l’objet avait été découvert en 2014, mais n’est revenu sur le devant de la scène que des années plus tard, en analysant les données collectées trahissant son existence. Sa taille pour l’instant reste encore un mystère. Bien qu’une comète possède généralement une taille de l'ordre de la dizaine de kilomètres, dans le cas de 2014 UN271, les mesures de sa brillance laissent penser que son diamètre se situeraient plutôt autour de la centaine de kilomètres, et pourrait même dépasser les 300 kilomètres. Si son observation à l’œil nu ne sera malheureusement pas possible, nous invitons néanmoins les astronomes amateurs dotés d’un télescope de 200 mm et plus à braquer leurs objectifs dans sa direction.

Et enfin, pour ceux et celles qui n’aiment pas vieillir, sachez que les cheveux blancs ne sont pas une fatalité. Plus précisément, les cheveux blancs occasionnés par le stress peuvent retrouver leurs couleurs. C’est le constat étonnant qu’ont récemment fait les chercheurs, qui ont observé qu’il était possible de retracer les épisodes stressants vécus par plusieurs candidats en observant simplement les variations de pigmentation de leurs cheveux. Un résultat surprenant qui, nous l’espérons, vous invitera à profiter de ce week-end pour vous détendre. Les images de cette étude et nos autres actualités sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas le poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FuturaPod, et laissez-nous une note sur vos applications audio préférées. Rendez-vous demain, à 10h30 pour un nouvel épisode de Chasseurs de Science sur une mystérieuse épidémie qui a sauvé des vies durant la Seconde guerre mondiale. Pour le reste, on se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science