Covipod #10 : Le nouveau variant delta inquiète en Europe

Fil de Science

0:00
5:53
10
10

Covipod #10 : Le nouveau variant delta inquiète en Europe

Fil de Science

Aujourd'hui, dans Covipod, nous nous penchons sur le variant delta, qui a frappé l'Inde de plein fouet avant de s'exporter en Angleterre. Sa progression sur l'île et en France commence à inquiéter. Nous ferons ensuite un bref état des lieux autour des dernières actualités et mesures du coronavirus.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouvel épisode du Covipod. Je suis Julie diplômée d’infectiologie et rédactrice santé à Futura. Si vous voulez soutenir ce podcast, n'hésitez pas à vous abonner, à laisser une note et un commentaire sur vos plateformes d'écoute préférées.

Il a mis entre parenthèses le déconfinement au Royaume-Uni. Il est présent dans 90 % des tests de dépistage là-bas. Et le pays semble à l’aube d’une nouvelle vague de contamination. Je parle bien sûr du variant delta. Il a été identifié pour la première fois à Bombay en Inde. Considéré comme un variant mineur, il a fini par sortir des frontières indiennes pour s'installer un peu partout dans le monde, mais surtout au Royaume-Uni où il a supplanté le variant alpha local. il est depuis considéré comme un variant plus que préoccupant. Son succès épidémique s’explique par ses mutations : il concentre ce qu’il se fait de mieux en la matière. Il porte la mutation E484Q qui lui permet d’échapper aux griffes des anticorps neutralisants, et la mutation L452R qui augmente sa contagiosité. Il est entre 40 et 60 % plus contagieux que le variant alpha ! Mais ce n’est pas la seule raison qui explique sa propagation rapide dans le monde. Tout d’abord, il a émergé dans un pays très peuplé, l’Inde, et qui, par son histoire, entretient des relations régulières avec le Royaume-Uni, la porte d’entrée pour l’Europe. Les premiers symptômes provoqués par le variant delta sont aussi plus légers. Le nez qui coule, les maux de tête et la gorge sèche passent plus facilement inaperçus que la fièvre et l’anosmie. Cependant, cela ne signifie pas que le variant delta ne provoque pas de formes graves du Covid-19 ou qu’il est moins mortel ! En Angleterre, plus de 400 personnes infectées par celui-ci ont été hospitalisées ces derniers temps. Pour le contrer, c’est une véritable course contre la montre qui nous attend. Les vaccins perdent un peu de leur efficacité contre le variant delta, mais restent la seule arme à notre disposition. Pourtant, le variant a déjà une longueur d’avance. Selon Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital de Garches, il faudrait que 70 % de la population soit totalement vaccinée – donc deux doses – pour faire barrage au variant delta. C’est le cas pour 60 % des Anglais, mais seulement 25 % des Français. D’ailleurs, qu’en est-il de la situation dans l’Hexagone ? Pour le moment, les cas de variant delta identifiés sont peu nombreux, mais cela ne signifie pas qu’il ne circule pas de façon active. Si le nombre de cas n’a pas encore explosé comme au Royaume-Uni, on pourrait bien vivre un scénario similaire dans quelques mois. Ce serait alors la 4ème vague de l’épidémie. L’enquête flash du 25 mai dernier réalisée par Santé Publique France, indique que le variant delta progresse sur le territoire, passant de 0,2 à 1 % des dépistages positifs. En Île-de-France, il représente déjà 10 % des infections. Pour en savoir plus sur le variant delta, vous pouvez retrouver de nombreux articles sur le sujet dans la rubrique santé de Futura.

Ailleurs de l’actualité autour du coronavirus. Puisqu’ils se multiplient, Santé Publique France a changé sa stratégie de dépistage des variants. Lors des tests, ce sont désormais les mutations  E484Q, E484K et L252R qui sont recherchées et non plus les variants dans leur entièreté. 

Les goûters d’anniversaire des enfants ont été des foyers de contamination en 2020. Une étude récente a estimé qu’il y avait deux fois plus de risque de se contaminer lors d’un anniversaire d’un enfant que celui d’un adulte.

Merci d’avoir écouté cet épisode du Covipod. La vie d’avant semble n’être plus très loin maintenant, mais le coronavirus est toujours présent sur le territoire et fait encore des victimes. Il ne faut pas négliger le port du masque, sur le nez et la bouche, quand celui-ci est obligatoire, et privilégier les retrouvailles entre amis à l’extérieur. Lavez-vous les mains au savon et à l’eau régulièrement et respectez les mesures de distanciation sociale. Les efforts de chacun comptent. Pour soutenir notre travail et améliorer notre visibilité, abonnez-vous et partagez ce podcast autour de vous. Vous pouvez retrouver toute l’actualité scientifique du coronavirus sur Futura. À très bientôt !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Covipod #13 : la 3ème dose va-t-elle être nécessaire face au variant Delta ?

Fil de Science

De la vapeur d'eau sur Ganymède (FdS#34)

Fil de Science

Cyberguerre : la France sous attaque chinoise (TechPod #2)

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Aujourd'hui, dans Covipod, nous nous penchons sur le variant delta, qui a frappé l'Inde de plein fouet avant de s'exporter en Angleterre. Sa progression sur l'île et en France commence à inquiéter. Nous ferons ensuite un bref état des lieux autour des dernières actualités et mesures du coronavirus.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouvel épisode du Covipod. Je suis Julie diplômée d’infectiologie et rédactrice santé à Futura. Si vous voulez soutenir ce podcast, n'hésitez pas à vous abonner, à laisser une note et un commentaire sur vos plateformes d'écoute préférées.

Il a mis entre parenthèses le déconfinement au Royaume-Uni. Il est présent dans 90 % des tests de dépistage là-bas. Et le pays semble à l’aube d’une nouvelle vague de contamination. Je parle bien sûr du variant delta. Il a été identifié pour la première fois à Bombay en Inde. Considéré comme un variant mineur, il a fini par sortir des frontières indiennes pour s'installer un peu partout dans le monde, mais surtout au Royaume-Uni où il a supplanté le variant alpha local. il est depuis considéré comme un variant plus que préoccupant. Son succès épidémique s’explique par ses mutations : il concentre ce qu’il se fait de mieux en la matière. Il porte la mutation E484Q qui lui permet d’échapper aux griffes des anticorps neutralisants, et la mutation L452R qui augmente sa contagiosité. Il est entre 40 et 60 % plus contagieux que le variant alpha ! Mais ce n’est pas la seule raison qui explique sa propagation rapide dans le monde. Tout d’abord, il a émergé dans un pays très peuplé, l’Inde, et qui, par son histoire, entretient des relations régulières avec le Royaume-Uni, la porte d’entrée pour l’Europe. Les premiers symptômes provoqués par le variant delta sont aussi plus légers. Le nez qui coule, les maux de tête et la gorge sèche passent plus facilement inaperçus que la fièvre et l’anosmie. Cependant, cela ne signifie pas que le variant delta ne provoque pas de formes graves du Covid-19 ou qu’il est moins mortel ! En Angleterre, plus de 400 personnes infectées par celui-ci ont été hospitalisées ces derniers temps. Pour le contrer, c’est une véritable course contre la montre qui nous attend. Les vaccins perdent un peu de leur efficacité contre le variant delta, mais restent la seule arme à notre disposition. Pourtant, le variant a déjà une longueur d’avance. Selon Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital de Garches, il faudrait que 70 % de la population soit totalement vaccinée – donc deux doses – pour faire barrage au variant delta. C’est le cas pour 60 % des Anglais, mais seulement 25 % des Français. D’ailleurs, qu’en est-il de la situation dans l’Hexagone ? Pour le moment, les cas de variant delta identifiés sont peu nombreux, mais cela ne signifie pas qu’il ne circule pas de façon active. Si le nombre de cas n’a pas encore explosé comme au Royaume-Uni, on pourrait bien vivre un scénario similaire dans quelques mois. Ce serait alors la 4ème vague de l’épidémie. L’enquête flash du 25 mai dernier réalisée par Santé Publique France, indique que le variant delta progresse sur le territoire, passant de 0,2 à 1 % des dépistages positifs. En Île-de-France, il représente déjà 10 % des infections. Pour en savoir plus sur le variant delta, vous pouvez retrouver de nombreux articles sur le sujet dans la rubrique santé de Futura.

Ailleurs de l’actualité autour du coronavirus. Puisqu’ils se multiplient, Santé Publique France a changé sa stratégie de dépistage des variants. Lors des tests, ce sont désormais les mutations  E484Q, E484K et L252R qui sont recherchées et non plus les variants dans leur entièreté. 

Les goûters d’anniversaire des enfants ont été des foyers de contamination en 2020. Une étude récente a estimé qu’il y avait deux fois plus de risque de se contaminer lors d’un anniversaire d’un enfant que celui d’un adulte.

Merci d’avoir écouté cet épisode du Covipod. La vie d’avant semble n’être plus très loin maintenant, mais le coronavirus est toujours présent sur le territoire et fait encore des victimes. Il ne faut pas négliger le port du masque, sur le nez et la bouche, quand celui-ci est obligatoire, et privilégier les retrouvailles entre amis à l’extérieur. Lavez-vous les mains au savon et à l’eau régulièrement et respectez les mesures de distanciation sociale. Les efforts de chacun comptent. Pour soutenir notre travail et améliorer notre visibilité, abonnez-vous et partagez ce podcast autour de vous. Vous pouvez retrouver toute l’actualité scientifique du coronavirus sur Futura. À très bientôt !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science