Covipod #7 : Un point sur les vaccins chinois

Fil de Science

0:00
5:33
10
10

Covipod #7 : Un point sur les vaccins chinois

Fil de Science

Aujourd'hui, dans Covipod, nous faisons le point sur les vaccins créés par Sinovac et Sinopharm. Puis nous ferons un bref état des lieux de l'inquiétante progression du virus en Inde.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bienvenue dans ce nouvel épisode du Covipod. Je suis Julie, diplômée d’infectiologie et rédactrice santé à Futura. Si vous voulez soutenir ce podcast, n'hésitez pas à vous abonner, à laisser une note et un commentaire sur vos plateformes d'écoute préférées.

Le 7 mai dernier, l’OMS a accordé une autorisation d’utilisation d’urgence au vaccin élaboré par Sinopharm, une entreprise de biotechnologie chinoise. À cette occasion, je souhaite faire le point avec vous sur les deux vaccins chinois contre le Covid-19 les plus avancés. De quoi sont-ils composés, quelle est leur efficacité et débarqueront-ils un jour en Europe ?

Commençons par le candidat de Sinopharm, qui n’a pas de nom officiel pour le moment. C’est un vaccin inactivé, c’est-à-dire que le coronavirus entier est répliqué sur une culture cellulaire pour en produire en grande quantité. Puis les virions sont tués par un agent chimique qui n’altère pas leur structure. La souche de coronavirus utilisée par Sinopharm a été isolée d’une personne hospitalisée à Wuhan. À cela, on ajoute un adjuvant à base d’aluminium pour stimuler l’immunité.

Ce vaccin est conçu pour protéger au bout de deux doses séparées de trois semaines. Pour le moment, pas d’infos publiées sur son efficacité, mais selon l’OMS, elle serait de 79 % pour tous les groupes d’âges combinés. Il est d’ores et déjà homologué par la Chine et les Émirats arabes unis. 

Il rejoint les autres vaccins autorisés du programme Covax. Cette initiative de l’OMS est destinée à rendre accessible la vaccination dans une vingtaine de pays en voie de développement. En effet, la formule de Sinopharm peut être stockée uniquement au frigo, entre 2 et 8°C, et est fournie avec un petit test colorimétrique qui permet de savoir si le vaccin n’a pas subi un coup de chaud avant l’injection.

Sinovac, une autre entreprise chinoise, a conçu un vaccin qui fonctionne sur le même principe : le CoronaVac. C’est aussi un vaccin inactivé composé d'une souche de coronavirus prélevée à Wuhan. Les virions ont été inactivés par le même traitement chimique que pour le vaccin de Sinopharm. Il contient aussi un adjuvant à base d’aluminium pour stimuler l’immunité. Les essais de phase III sont encore en cours pour le Coronavac, mais les premiers résultats indiquent une efficacité de 50 % au minimum. Pour le moment, le Coronavac est seulement autorisé en Chine.

Ces vaccins vont-ils arriver en Europe ? Eh bien, ils contiennent la souche originelle du coronavirus, celle de Wuhan. Or en Occident, elle a été remplacée depuis longtemps par la souche D614G et ses variantes. Pas sûr qu’ils soient efficaces contre ces coronavirus-là. L’Agence européenne du médicament analyse tout de même le vaccin de Sinovac pour une potentielle utilisation en Europe, mais pour le moment, aucune demande d’autorisation d’utilisation d’urgence n’a été déposée.

Ailleurs dans l’actualité du coronavirus. En Inde, certaines personnes ont développé une infection après celle du Covid. Elle est due à un champignon microscopique de la famille des mucorales. Pour l’instant, il s’agit seulement de quelques cas isolés, mais l’infection n’est pas à prendre à la légère. Elle touche essentiellement des personnes immunodéprimées à cause d’une maladie chronique ou du traitement anti-inflammatoire prescrit pour soigner le Covid-19.

Le variant indien n’en finit pas d'inquiéter le monde. Autrefois considéré comme un variant d’intérêt, il est aujourd’hui un variant d’inquiétude selon l’OMS. Les preuves de sa contagiosité accrue commencent à s’accumuler, mais pour l’instant on ne sait pas s’il résiste aussi mieux aux vaccins et traitements.

Merci d’avoir écouté ce nouvel épisode du Covipod. Le respect des gestes barrières et des mesures de confinement est primordial pour venir à bout de cette épidémie. Votre masque doit couvrir votre bouche et votre nez, et ne doit pas bâiller. Lavez-vous les mains au savon et à l’eau régulièrement et respectez les mesures de distanciation sociale. Les efforts de chacun comptent. Pour soutenir notre travail et améliorer notre visibilité, abonnez-vous et partagez ce podcast autour de vous ! Vous pouvez retrouver toute l’actualité scientifique du coronavirus sur Futura. À très bientôt !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Fin du mystère pour Bételgeuse (FdS#29)

Fil de Science

Des météo-tsunamis en Méditerranée (Fds#28)

Fil de Science

Covipod #9 : Le vaccin, moins efficace chez certaines personnes

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Aujourd'hui, dans Covipod, nous faisons le point sur les vaccins créés par Sinovac et Sinopharm. Puis nous ferons un bref état des lieux de l'inquiétante progression du virus en Inde.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bienvenue dans ce nouvel épisode du Covipod. Je suis Julie, diplômée d’infectiologie et rédactrice santé à Futura. Si vous voulez soutenir ce podcast, n'hésitez pas à vous abonner, à laisser une note et un commentaire sur vos plateformes d'écoute préférées.

Le 7 mai dernier, l’OMS a accordé une autorisation d’utilisation d’urgence au vaccin élaboré par Sinopharm, une entreprise de biotechnologie chinoise. À cette occasion, je souhaite faire le point avec vous sur les deux vaccins chinois contre le Covid-19 les plus avancés. De quoi sont-ils composés, quelle est leur efficacité et débarqueront-ils un jour en Europe ?

Commençons par le candidat de Sinopharm, qui n’a pas de nom officiel pour le moment. C’est un vaccin inactivé, c’est-à-dire que le coronavirus entier est répliqué sur une culture cellulaire pour en produire en grande quantité. Puis les virions sont tués par un agent chimique qui n’altère pas leur structure. La souche de coronavirus utilisée par Sinopharm a été isolée d’une personne hospitalisée à Wuhan. À cela, on ajoute un adjuvant à base d’aluminium pour stimuler l’immunité.

Ce vaccin est conçu pour protéger au bout de deux doses séparées de trois semaines. Pour le moment, pas d’infos publiées sur son efficacité, mais selon l’OMS, elle serait de 79 % pour tous les groupes d’âges combinés. Il est d’ores et déjà homologué par la Chine et les Émirats arabes unis. 

Il rejoint les autres vaccins autorisés du programme Covax. Cette initiative de l’OMS est destinée à rendre accessible la vaccination dans une vingtaine de pays en voie de développement. En effet, la formule de Sinopharm peut être stockée uniquement au frigo, entre 2 et 8°C, et est fournie avec un petit test colorimétrique qui permet de savoir si le vaccin n’a pas subi un coup de chaud avant l’injection.

Sinovac, une autre entreprise chinoise, a conçu un vaccin qui fonctionne sur le même principe : le CoronaVac. C’est aussi un vaccin inactivé composé d'une souche de coronavirus prélevée à Wuhan. Les virions ont été inactivés par le même traitement chimique que pour le vaccin de Sinopharm. Il contient aussi un adjuvant à base d’aluminium pour stimuler l’immunité. Les essais de phase III sont encore en cours pour le Coronavac, mais les premiers résultats indiquent une efficacité de 50 % au minimum. Pour le moment, le Coronavac est seulement autorisé en Chine.

Ces vaccins vont-ils arriver en Europe ? Eh bien, ils contiennent la souche originelle du coronavirus, celle de Wuhan. Or en Occident, elle a été remplacée depuis longtemps par la souche D614G et ses variantes. Pas sûr qu’ils soient efficaces contre ces coronavirus-là. L’Agence européenne du médicament analyse tout de même le vaccin de Sinovac pour une potentielle utilisation en Europe, mais pour le moment, aucune demande d’autorisation d’utilisation d’urgence n’a été déposée.

Ailleurs dans l’actualité du coronavirus. En Inde, certaines personnes ont développé une infection après celle du Covid. Elle est due à un champignon microscopique de la famille des mucorales. Pour l’instant, il s’agit seulement de quelques cas isolés, mais l’infection n’est pas à prendre à la légère. Elle touche essentiellement des personnes immunodéprimées à cause d’une maladie chronique ou du traitement anti-inflammatoire prescrit pour soigner le Covid-19.

Le variant indien n’en finit pas d'inquiéter le monde. Autrefois considéré comme un variant d’intérêt, il est aujourd’hui un variant d’inquiétude selon l’OMS. Les preuves de sa contagiosité accrue commencent à s’accumuler, mais pour l’instant on ne sait pas s’il résiste aussi mieux aux vaccins et traitements.

Merci d’avoir écouté ce nouvel épisode du Covipod. Le respect des gestes barrières et des mesures de confinement est primordial pour venir à bout de cette épidémie. Votre masque doit couvrir votre bouche et votre nez, et ne doit pas bâiller. Lavez-vous les mains au savon et à l’eau régulièrement et respectez les mesures de distanciation sociale. Les efforts de chacun comptent. Pour soutenir notre travail et améliorer notre visibilité, abonnez-vous et partagez ce podcast autour de vous ! Vous pouvez retrouver toute l’actualité scientifique du coronavirus sur Futura. À très bientôt !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science