Fil de Science #16 : Nouvelle espèce dans l'ISS, vents supersoniques et machine mystérieuse

Fil de Science

0:00
5:06
10
10

Fil de Science #16 : Nouvelle espèce dans l'ISS, vents supersoniques et machine mystérieuse

Fil de Science

Pour cette semaine du 15 mars : une espèce inconnue à bord de l'ISS, des plantes sous la glace du Groenland, des vents supersoniques sur Jupiter, une colonie de champignon dans notre organisme, et une machine mystérieuse, vieille de plus de 2.000 ans. Bonne écoute, et bon week-end !

👉Abonnez-vous sur votre apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Pour vivre, Fil de Science a besoin de rémunérer ses auteurs. En écoutant les publicités sur ces podcasts, vous nous soutenez, ainsi que notre travail. Merci à vous !

Bonjour à tous ! Bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

À bord de l’ISS, les astronautes sont tombés nez-à-nez avec une nouvelle espèce. En effectuant des prélèvements aux quatre coins de la Station Spatiale Internationale dans le cadre de l'expérience Microbial Tracking-1, entre 2015 et 2016, les chercheurs ont isolé une nouvelle bactérie dans trois lieux différents. Ne nous emportons pas trop vite car il ne s’agit pas là d’une espèce extraterrestre, mais d’une nouvelle espèce de Methylobacterium, une bacille Gram + que l’on retrouve un peu partout sur Terre. Son histoire sur notre planète ne date d’ailleurs pas d’hier puisqu’elle appartient à l'ordre des Rhizobiales, des bactéries menant une relation symbiotique avec les plantes. Celles-ci facilitent la fixation de l'azote et permettent la solubilisation du phosphate. Et c'est précisément ce point qui intéresse les scientifiques ! En effet, les laboratoires espèrent faire de Methylobacterium ajmalii un partenaire pour les cultures dans d’autres endroits que sur la planète bleue. Pourra-t-on bientôt faire pousser des pommes de terre à la surface de Mars grâce à cette alliée microscopique ? Les recherches nous le diront !

Au Groenland, la redécouverte d’une carotte glaciaire laisse présager d’un avenir sombre pour le pays glacé. Extrait en 1966, ce cylindre de glace avait été déplacé de congélateur en congélateur avant d’être perdu de vue puis retrouvé en 2017. En examinant attentivement les différentes couches qui le composaient, l’équipe de recherche de l’université du Vermont a été surprise d’y découvrir des brindilles et des feuilles parfaitement préservées. Ces indices suggèrent qu’au lieu de l’étendue blanche que nous connaissons aujourd’hui, une vaste forêt boréale aurait recouvert le territoire dans un passé relativement récent, il y a quelques centaines de milliers d’années. Un scénario qui révèle la grande sensibilité du Groenland au moindre réchauffement climatique et laisse à craindre pour les années à venir. Si la tendance se poursuit comme elle le fait actuellement, les 50 prochaines années pourraient être le témoin d’un événement de fonte massive et d’une hausse dévastatrice du niveau de la mer.

Zéphyr, mistral et tramontane ne font pas le poids face aux vents joviens. Grâce au réseau de radiotélescopes Alma, les scientifiques viennent pour la première fois d’estimer la vitesse des souffles qui animent la stratosphère de Jupiter. Des vents si violents qu’ils sont littéralement supersoniques, atteignant les 1.450 km/h. Chose amusante : ces calculs ont été rendus possibles par la collision de la comète Shoemaker-Levy 9 avec la planète en 1994. L’impact aurait résulté en la libération de molécules de cyanure d’hydrogène : des traceurs idéaux pour les chercheurs dans cette région dépourvue de nuage. Une fois de plus, les études nous démontrent que la science n’est jamais aussi efficace que lorsqu’elle mêle un savoir-faire d’équipe et une dose de sérendipité.

Vous avez probablement déjà entendu parler du microbiote intestinal, mais connaissez-vous le mycobiote ? Bien qu’elle soit moins connue, moins imposante et moins étudiée, cette colonie de champignons microscopiques n’en remplit pas moins un rôle physiologique indispensable, nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme. Outre sa participation à l’homéostasie immunitaire, des chercheurs ont en effet démontré que celle-ci peut influencer le vieillissement et la différenciation cellulaires. Pour autant, les travaux à son sujet sont souvent délaissés au profit de l’étude du microbiote. Si nous souhaitons mieux comprendre, et par conséquent mieux vivre, avec nos champignons, dans l’optique de développer des traitements salvateurs, les priorités, soutient notre journaliste Julien Hernandez, devront être redistribuées.

Et enfin, pour finir, un tour du côté de l’Antiquité. Le mécanisme d’Anticythère a fait couler beaucoup d’encre depuis sa découverte en 1901, mais son utilité et son fonctionnement sont longtemps demeurés un mystère. Désormais, de nouvelles analyses semblent confirmer qu'il s'agirait là d’un ancêtre de nos calculatrices, capable prédire les phases lunaires et les éclipses du Soleil, ou encore de rendre compte des positions synodiques de notre satellite et des cinq planètes connues il y a un peu plus de 2.000 ans, lorsque ce fascinant appareil a été conçu. La modélisation 3D du mécanisme en fonctionnement et un reportage détaillant son étude sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas nous laisser un commentaire avec le hashtag #FuturaPod, et cinq étoiles sur vos applications audio préférées. On se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Les hunters, ces hackers éthiques qui chassent les bugs (TechPod #7)

Fil de Science

1,4 millions de dossiers médicaux piratés (FDS #41)

Fil de Science

Covipod #16 : ce vaccin n'est pas assez efficace contre le variant Delta

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Pour cette semaine du 15 mars : une espèce inconnue à bord de l'ISS, des plantes sous la glace du Groenland, des vents supersoniques sur Jupiter, une colonie de champignon dans notre organisme, et une machine mystérieuse, vieille de plus de 2.000 ans. Bonne écoute, et bon week-end !

👉Abonnez-vous sur votre apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Pour vivre, Fil de Science a besoin de rémunérer ses auteurs. En écoutant les publicités sur ces podcasts, vous nous soutenez, ainsi que notre travail. Merci à vous !

Bonjour à tous ! Bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

À bord de l’ISS, les astronautes sont tombés nez-à-nez avec une nouvelle espèce. En effectuant des prélèvements aux quatre coins de la Station Spatiale Internationale dans le cadre de l'expérience Microbial Tracking-1, entre 2015 et 2016, les chercheurs ont isolé une nouvelle bactérie dans trois lieux différents. Ne nous emportons pas trop vite car il ne s’agit pas là d’une espèce extraterrestre, mais d’une nouvelle espèce de Methylobacterium, une bacille Gram + que l’on retrouve un peu partout sur Terre. Son histoire sur notre planète ne date d’ailleurs pas d’hier puisqu’elle appartient à l'ordre des Rhizobiales, des bactéries menant une relation symbiotique avec les plantes. Celles-ci facilitent la fixation de l'azote et permettent la solubilisation du phosphate. Et c'est précisément ce point qui intéresse les scientifiques ! En effet, les laboratoires espèrent faire de Methylobacterium ajmalii un partenaire pour les cultures dans d’autres endroits que sur la planète bleue. Pourra-t-on bientôt faire pousser des pommes de terre à la surface de Mars grâce à cette alliée microscopique ? Les recherches nous le diront !

Au Groenland, la redécouverte d’une carotte glaciaire laisse présager d’un avenir sombre pour le pays glacé. Extrait en 1966, ce cylindre de glace avait été déplacé de congélateur en congélateur avant d’être perdu de vue puis retrouvé en 2017. En examinant attentivement les différentes couches qui le composaient, l’équipe de recherche de l’université du Vermont a été surprise d’y découvrir des brindilles et des feuilles parfaitement préservées. Ces indices suggèrent qu’au lieu de l’étendue blanche que nous connaissons aujourd’hui, une vaste forêt boréale aurait recouvert le territoire dans un passé relativement récent, il y a quelques centaines de milliers d’années. Un scénario qui révèle la grande sensibilité du Groenland au moindre réchauffement climatique et laisse à craindre pour les années à venir. Si la tendance se poursuit comme elle le fait actuellement, les 50 prochaines années pourraient être le témoin d’un événement de fonte massive et d’une hausse dévastatrice du niveau de la mer.

Zéphyr, mistral et tramontane ne font pas le poids face aux vents joviens. Grâce au réseau de radiotélescopes Alma, les scientifiques viennent pour la première fois d’estimer la vitesse des souffles qui animent la stratosphère de Jupiter. Des vents si violents qu’ils sont littéralement supersoniques, atteignant les 1.450 km/h. Chose amusante : ces calculs ont été rendus possibles par la collision de la comète Shoemaker-Levy 9 avec la planète en 1994. L’impact aurait résulté en la libération de molécules de cyanure d’hydrogène : des traceurs idéaux pour les chercheurs dans cette région dépourvue de nuage. Une fois de plus, les études nous démontrent que la science n’est jamais aussi efficace que lorsqu’elle mêle un savoir-faire d’équipe et une dose de sérendipité.

Vous avez probablement déjà entendu parler du microbiote intestinal, mais connaissez-vous le mycobiote ? Bien qu’elle soit moins connue, moins imposante et moins étudiée, cette colonie de champignons microscopiques n’en remplit pas moins un rôle physiologique indispensable, nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme. Outre sa participation à l’homéostasie immunitaire, des chercheurs ont en effet démontré que celle-ci peut influencer le vieillissement et la différenciation cellulaires. Pour autant, les travaux à son sujet sont souvent délaissés au profit de l’étude du microbiote. Si nous souhaitons mieux comprendre, et par conséquent mieux vivre, avec nos champignons, dans l’optique de développer des traitements salvateurs, les priorités, soutient notre journaliste Julien Hernandez, devront être redistribuées.

Et enfin, pour finir, un tour du côté de l’Antiquité. Le mécanisme d’Anticythère a fait couler beaucoup d’encre depuis sa découverte en 1901, mais son utilité et son fonctionnement sont longtemps demeurés un mystère. Désormais, de nouvelles analyses semblent confirmer qu'il s'agirait là d’un ancêtre de nos calculatrices, capable prédire les phases lunaires et les éclipses du Soleil, ou encore de rendre compte des positions synodiques de notre satellite et des cinq planètes connues il y a un peu plus de 2.000 ans, lorsque ce fascinant appareil a été conçu. La modélisation 3D du mécanisme en fonctionnement et un reportage détaillant son étude sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas nous laisser un commentaire avec le hashtag #FuturaPod, et cinq étoiles sur vos applications audio préférées. On se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science