Fil de Science #11 : Glacier, perles et sondes martiennes 

Fil de Science

0:00
5:15
10
10

Fil de Science #11 : Glacier, perles et sondes martiennes 

Fil de Science

Pour cette semaine du 8 février, nous commençons par une excursion en Inde, sur les traces d'un glacier meurtrier ; nous poursuivons par un passage un Venise qui nous mènera le long de la route de la soie et après avoir pris des nouvelles du coronavirus en France, nous prendrons un vaisseau pour Mars. Enfin, nous reviendrons dans les Pyrénées, à la découverte d'un instrument vieux de 18.000 ans. Bonne écoute, et bon week-end !

Retrouvez les articles complets sur Futura

Transcription du podcast :

Bonjour à tous ! Bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

En Inde, de terribles inondations ont touché la région d’Uttarakhand, le 7 février dernier. Le débordement soudain des rivières Rishiganga et Dhauliganga a emporté avec lui un barrage, un pont, des habitations, deux centrales hydroélectriques, et les employés qui y travaillaient. Plus de 200 personnes sont mortes ou portées disparues. Alors que les secours sont toujours au travail pour tenter de sauver les victimes de la catastrophe, les scientifiques s’attèlent à la tâche de comprendre pourquoi un tel événement a eu lieu. L’hypothèse prédominante en début de semaine était celle de la rupture du glacier Nanda Devi sous la pression du réchauffement climatique. Celle-ci aurait entraîné la décharge brutale d’un lac glaciaire qui aurait son tour gonflé le lit des rivières. Néanmoins, une nouvelle théorie soutenue par le chercheur Dave Petley, suggère qu’un glissement de terrain serait à l’origine de la catastrophe. En effet, depuis plusieurs mois déjà, une immense fissure se développait sur le flanc de montagne, ainsi que l’ont révélé a posteriori les données du satellite Sentinel 2. Une fracture qui aura, sans nul doute, été aggravée par les conditions climatiques toujours plus extrêmes dont notre planète est victime.

Des siècles après les faits, l’archéologie peut parfois révéler des connexions étonnantes. Les chercheurs Mike Kunz et Robin Mills ont en effet mis en évidence la présence de perles de verre vénitiennes sur plusieurs sites de fouille… en Alaska. Mieux encore, les analyses au carbone 14 ont permis de déterminer que ces artefacts dateraient du XVe siècle, soit possiblement quelques années avant l’arrivée de Christophe Colomb sur le territoire américain. Plutôt que de voyager par les océans, ces perles produites à Murano auraient cheminé vers la Chine via la route de la soie, avant de poursuivre leur route à travers la Russie. Arrivées au détroit de Béring, elles auraient eu moins d’une centaine de kilomètres à parcourir sur les eaux avant de rejoindre l’Alaska. Une histoire fascinante, contenue dans quelques gouttes de verre.

En France, les mutations du coronavirus continuent de gagner du terrain. Alors que l’Afrique du Sud a suspendu les injections du vaccin AstraZeneca, dont l’efficacité est remise en cause par les évolutions du variant sud-africain, les autorités sanitaires françaises s’inquiètent quant à elle de la progression rapide du variant anglais sur le territoire. Entre 50 et 70% plus transmissible, celui-ci prendrait rapidement le pas sur le variant prédominant en Europe pour atteindre 14% des cas d’infection, si l’on en croit une enquête flash menée par Santé publique France. Bien que le nombre de nouveaux cas hebdomadaire se soit stabilisé dans l’Hexagone, il demeure très élevé, avec plus de 140.000 nouvelles infections déclarées par semaine. Les chercheurs en appellent donc à une action rapide afin d’endiguer la progression du variant anglais, sans quoi 25.000 hospitalisations hebdomadaires seraient à redouter entre fin février et mi-avril.

Et maintenant un petit tour du côté de Mars, qui s’apprête à recevoir plusieurs visites cette année. Après l’arrivée autour de la planète rouge de la sonde émiratie Hope, c’était au tour de Tianwen-1 de s’insérer en orbite, faisant de la Chine le sixième pays à rejoindre Mars. L’appareil ne se contentera d’ailleurs pas d’en survoler la surface, puisqu’un atterrisseur et un rover devront entamer leur descente entre fin avril et début mai. Dans l’intervalle, la sonde se chargera de cartographier la région afin d’identifier le meilleur point d’impact. Au programme des deux missions : recherche de processus biologiques, études géologiques ou encore analyse de l’atmosphère. 2021 s’annonce donc riche en découvertes ! 

Et enfin pour finir, partons en excursion dans les Pyrénées à la découverte d’un instrument de musique vieux de 18.000 ans. Collecté en 1931 dans la grotte de Marsoulas, un coquillage de l’espèce Charonia iampas a récemment fait l’objet d’un regain d’intérêt lors d’un inventaire mené par les chercheurs du CNRS. Après une analyse poussée, ceux-ci ont révélé que la coquille aurait été délibérément modifiée et décorée avec un objectif artistique en tête. Des impressions 3D devraient aider à en apprendre plus, mais avec la participation d'un joueur de cor, les archéologues sont d'ores et déjà parvenus à produire trois notes à l’aide de cet étonnant artefact. La musique du coquillage de Marsoulas et nos autres actualités sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas nous laisser un commentaire et cinq étoiles sur vos applications audio préférées. On se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Fin du mystère pour Bételgeuse (FdS#29)

Fil de Science

Des météo-tsunamis en Méditerranée (Fds#28)

Fil de Science

Covipod #9 : Le vaccin, moins efficace chez certaines personnes

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Pour cette semaine du 8 février, nous commençons par une excursion en Inde, sur les traces d'un glacier meurtrier ; nous poursuivons par un passage un Venise qui nous mènera le long de la route de la soie et après avoir pris des nouvelles du coronavirus en France, nous prendrons un vaisseau pour Mars. Enfin, nous reviendrons dans les Pyrénées, à la découverte d'un instrument vieux de 18.000 ans. Bonne écoute, et bon week-end !

Retrouvez les articles complets sur Futura

Transcription du podcast :

Bonjour à tous ! Bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

En Inde, de terribles inondations ont touché la région d’Uttarakhand, le 7 février dernier. Le débordement soudain des rivières Rishiganga et Dhauliganga a emporté avec lui un barrage, un pont, des habitations, deux centrales hydroélectriques, et les employés qui y travaillaient. Plus de 200 personnes sont mortes ou portées disparues. Alors que les secours sont toujours au travail pour tenter de sauver les victimes de la catastrophe, les scientifiques s’attèlent à la tâche de comprendre pourquoi un tel événement a eu lieu. L’hypothèse prédominante en début de semaine était celle de la rupture du glacier Nanda Devi sous la pression du réchauffement climatique. Celle-ci aurait entraîné la décharge brutale d’un lac glaciaire qui aurait son tour gonflé le lit des rivières. Néanmoins, une nouvelle théorie soutenue par le chercheur Dave Petley, suggère qu’un glissement de terrain serait à l’origine de la catastrophe. En effet, depuis plusieurs mois déjà, une immense fissure se développait sur le flanc de montagne, ainsi que l’ont révélé a posteriori les données du satellite Sentinel 2. Une fracture qui aura, sans nul doute, été aggravée par les conditions climatiques toujours plus extrêmes dont notre planète est victime.

Des siècles après les faits, l’archéologie peut parfois révéler des connexions étonnantes. Les chercheurs Mike Kunz et Robin Mills ont en effet mis en évidence la présence de perles de verre vénitiennes sur plusieurs sites de fouille… en Alaska. Mieux encore, les analyses au carbone 14 ont permis de déterminer que ces artefacts dateraient du XVe siècle, soit possiblement quelques années avant l’arrivée de Christophe Colomb sur le territoire américain. Plutôt que de voyager par les océans, ces perles produites à Murano auraient cheminé vers la Chine via la route de la soie, avant de poursuivre leur route à travers la Russie. Arrivées au détroit de Béring, elles auraient eu moins d’une centaine de kilomètres à parcourir sur les eaux avant de rejoindre l’Alaska. Une histoire fascinante, contenue dans quelques gouttes de verre.

En France, les mutations du coronavirus continuent de gagner du terrain. Alors que l’Afrique du Sud a suspendu les injections du vaccin AstraZeneca, dont l’efficacité est remise en cause par les évolutions du variant sud-africain, les autorités sanitaires françaises s’inquiètent quant à elle de la progression rapide du variant anglais sur le territoire. Entre 50 et 70% plus transmissible, celui-ci prendrait rapidement le pas sur le variant prédominant en Europe pour atteindre 14% des cas d’infection, si l’on en croit une enquête flash menée par Santé publique France. Bien que le nombre de nouveaux cas hebdomadaire se soit stabilisé dans l’Hexagone, il demeure très élevé, avec plus de 140.000 nouvelles infections déclarées par semaine. Les chercheurs en appellent donc à une action rapide afin d’endiguer la progression du variant anglais, sans quoi 25.000 hospitalisations hebdomadaires seraient à redouter entre fin février et mi-avril.

Et maintenant un petit tour du côté de Mars, qui s’apprête à recevoir plusieurs visites cette année. Après l’arrivée autour de la planète rouge de la sonde émiratie Hope, c’était au tour de Tianwen-1 de s’insérer en orbite, faisant de la Chine le sixième pays à rejoindre Mars. L’appareil ne se contentera d’ailleurs pas d’en survoler la surface, puisqu’un atterrisseur et un rover devront entamer leur descente entre fin avril et début mai. Dans l’intervalle, la sonde se chargera de cartographier la région afin d’identifier le meilleur point d’impact. Au programme des deux missions : recherche de processus biologiques, études géologiques ou encore analyse de l’atmosphère. 2021 s’annonce donc riche en découvertes ! 

Et enfin pour finir, partons en excursion dans les Pyrénées à la découverte d’un instrument de musique vieux de 18.000 ans. Collecté en 1931 dans la grotte de Marsoulas, un coquillage de l’espèce Charonia iampas a récemment fait l’objet d’un regain d’intérêt lors d’un inventaire mené par les chercheurs du CNRS. Après une analyse poussée, ceux-ci ont révélé que la coquille aurait été délibérément modifiée et décorée avec un objectif artistique en tête. Des impressions 3D devraient aider à en apprendre plus, mais avec la participation d'un joueur de cor, les archéologues sont d'ores et déjà parvenus à produire trois notes à l’aide de cet étonnant artefact. La musique du coquillage de Marsoulas et nos autres actualités sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas nous laisser un commentaire et cinq étoiles sur vos applications audio préférées. On se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science