Le Pentagone veut prédire l'avenir grâce à l'IA (TechPod #3)

Fil de Science

0:00
4:45
10
10

Le Pentagone veut prédire l'avenir grâce à l'IA (TechPod #3)

Fil de Science

Bienvenue dans TechPod, la pastille audio de Fil de Science dédiée aux technologies et à la mobilité. Cette semaine, nous parlerons dépouilles virtuelles, guide de montage intelligent, totalitarisme virtuel, fibre optique et prédiction de l'avenir. Bonne écoute, et bonne semaine !

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans TechPod, la chronique audio de Futura dédiée à l’actualité des technologies et de la mobilité.

Alors que le scandale des dépouilles conservées par l’université Paris Descartes refait surface, les technologies continuent de progresser pour éviter l’apparition de telle affaire dans le futur. En effet, l’entreprise FundamentalVR a récemment proposé une alternative dématérialisée aux cadavres utilisés par les étudiants en médecine. Ces derniers pourraient bientôt pratiquer leurs opérations de façon virtuelle avec un système de retour haptique kinesthésique. Autrement dit, un système permettant de ressentir de manière tactile la résistance des objets virtuels. Les futurs chirurgiens pourront ainsi manipuler, sentir et explorer la texture des corps sans recourir à de véritables dépouilles. C’est en tout cas la promesse faite par la firme, qui a mis au point un équipement constitué de manettes de réalité virtuelle classiques et différents outils chirurgicaux reliés à des bras mécaniques. Selon le patron de la société, le niveau de réalisme serait tellement élevé que l’entraînement sur des cadavres pourrait disparaître d’ici quelques années. Reste à voir ce qu’en pensent les chirurgiens.

On continue dans le domaine de la réalité virtuelle avec une invention qui devrait susciter des vocations. L’application, développée par une équipe de chercheurs des universités de Washington et de Shandong, repose sur un algorithme capable de déconstruire un meuble pour en proposer un guide de montage. Pour cela, l’utilisateur a simplement besoin de prendre une photo de la bibliothèque ou de la chaise qui lui plaît avec son smartphone. L’algorithme se charge ensuite d’analyser la géométrie et la position des éléments formant l’objet, puis détecte progressivement les contraintes d'assemblage. Il est, au terme de cette analyse, capable de produire un modèle du meuble en 3D, une liste de ses différents éléments (vis incluses) et un tutoriel pour le créer soi-même, le tout en moins de 10 minutes. Une technologie astucieuse que l’on espère disponible sur le marché d’ici quelques années.

S'ils plafonnent au niveau du débit, les bons vieux câbles en cuivre des télécoms ont l'avantage d'être endurants et costauds. Et ce n'est malheureusement pas le cas de la très rapide fibre optique. Bien que les données y filent à la vitesse de la lumière, cela n’empêche pas qu’elles s’arrêtent net lorsque la fibre optique est trop courbée ou étirée, ou pire encore, lorsqu’elle casse. Afin d’accroître la robustesse de ces fils délicats, des chercheurs suisses ont choisi de remplacer le verre par de la glycérine liquide, enfermée dans une gaine transparente en fluoropolymère. En plus d'apporter la flexibilité souhaitée, le liquide ne fuit pas et il permet également de tirer sur la fibre sans risque de rupture. 

Il y a ceux qui déploient la fibre et ceux qui cherchent à la couper de façon volontaire. C’est justement ce que le Kremlin a fait entre les 15 juin et 15 juillet derniers. La Russie a mené des tests pour déconnecter totalement le réseau national du reste d’internet. Le Runet, c'est le nom du réseau de télécommunication russe, répond à un objectif fixé par une loi « Souveraineté d'Internet ». Cette loi donne au gouvernement le pouvoir de déconnecter le Runet du réseau mondial pour des raisons de sécurité nationale. Un argument qui a fatalement pour conséquence un contrôle renforcé des internautes russes et une restriction de leurs libertés. Car tout comme dans l’espace, personne ne vous entend crier sans Internet.

Prédire l’avenir grâce à l’IA, c’est le pari relevé par le Pentagone. Le système se base sur une combinaison d’intelligence artificielle, de cloud computing et de capteurs dans l’optique de prédire les événements à venir plusieurs jours en avance. Les données brutes collectées en temps réel sont analysées grâce au machine learning. Jusque-là, rien de bien nouveau, mais là où l'intelligence artificielle intervient, c'est sur l'identification de subtils changements qui pourraient passer inaperçus. Le départ d'un sous-marin, un parking qui se remplit inhabituellement de véhicules, des petits mouvements de troupes qui peuvent sembler insignifiants, sont autant de signaux dont l’IA peut alors prédire s’ils seraient susceptibles de constituer les prémices d'une menace et lancer l’alerte.

Pour ne rien manquer de l’actualité technologique et scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, pensez à le poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FuturaPod, et laissez-nous une note sur vos applications audio préférées. Rendez-vous demain, à 14h30 pour un tout nouvel épisode du hors série estival animé par Elise et Pierre Kerner sur le podcast Bêtes de Science. Pour le reste, on se retrouve dans deux semaines pour un nouveau concentré d’actualités technologiques. Bonne semaine à tous !

Crédits :

  • Texte : Sylvain Biget
  • Voix : Emma Hollen
  • Musique : Patricia Chaylade

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Les Facebook Files révèlent les sombres secrets du géant (TechPod #11)

Fil de Science

Sels d'aluminium : danger pour l'ADN (FDS #45)

Fil de Science

Y a-t-il assez à manger pour tout le monde sur Terre ? [INTERVIEW]

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Bienvenue dans TechPod, la pastille audio de Fil de Science dédiée aux technologies et à la mobilité. Cette semaine, nous parlerons dépouilles virtuelles, guide de montage intelligent, totalitarisme virtuel, fibre optique et prédiction de l'avenir. Bonne écoute, et bonne semaine !

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans TechPod, la chronique audio de Futura dédiée à l’actualité des technologies et de la mobilité.

Alors que le scandale des dépouilles conservées par l’université Paris Descartes refait surface, les technologies continuent de progresser pour éviter l’apparition de telle affaire dans le futur. En effet, l’entreprise FundamentalVR a récemment proposé une alternative dématérialisée aux cadavres utilisés par les étudiants en médecine. Ces derniers pourraient bientôt pratiquer leurs opérations de façon virtuelle avec un système de retour haptique kinesthésique. Autrement dit, un système permettant de ressentir de manière tactile la résistance des objets virtuels. Les futurs chirurgiens pourront ainsi manipuler, sentir et explorer la texture des corps sans recourir à de véritables dépouilles. C’est en tout cas la promesse faite par la firme, qui a mis au point un équipement constitué de manettes de réalité virtuelle classiques et différents outils chirurgicaux reliés à des bras mécaniques. Selon le patron de la société, le niveau de réalisme serait tellement élevé que l’entraînement sur des cadavres pourrait disparaître d’ici quelques années. Reste à voir ce qu’en pensent les chirurgiens.

On continue dans le domaine de la réalité virtuelle avec une invention qui devrait susciter des vocations. L’application, développée par une équipe de chercheurs des universités de Washington et de Shandong, repose sur un algorithme capable de déconstruire un meuble pour en proposer un guide de montage. Pour cela, l’utilisateur a simplement besoin de prendre une photo de la bibliothèque ou de la chaise qui lui plaît avec son smartphone. L’algorithme se charge ensuite d’analyser la géométrie et la position des éléments formant l’objet, puis détecte progressivement les contraintes d'assemblage. Il est, au terme de cette analyse, capable de produire un modèle du meuble en 3D, une liste de ses différents éléments (vis incluses) et un tutoriel pour le créer soi-même, le tout en moins de 10 minutes. Une technologie astucieuse que l’on espère disponible sur le marché d’ici quelques années.

S'ils plafonnent au niveau du débit, les bons vieux câbles en cuivre des télécoms ont l'avantage d'être endurants et costauds. Et ce n'est malheureusement pas le cas de la très rapide fibre optique. Bien que les données y filent à la vitesse de la lumière, cela n’empêche pas qu’elles s’arrêtent net lorsque la fibre optique est trop courbée ou étirée, ou pire encore, lorsqu’elle casse. Afin d’accroître la robustesse de ces fils délicats, des chercheurs suisses ont choisi de remplacer le verre par de la glycérine liquide, enfermée dans une gaine transparente en fluoropolymère. En plus d'apporter la flexibilité souhaitée, le liquide ne fuit pas et il permet également de tirer sur la fibre sans risque de rupture. 

Il y a ceux qui déploient la fibre et ceux qui cherchent à la couper de façon volontaire. C’est justement ce que le Kremlin a fait entre les 15 juin et 15 juillet derniers. La Russie a mené des tests pour déconnecter totalement le réseau national du reste d’internet. Le Runet, c'est le nom du réseau de télécommunication russe, répond à un objectif fixé par une loi « Souveraineté d'Internet ». Cette loi donne au gouvernement le pouvoir de déconnecter le Runet du réseau mondial pour des raisons de sécurité nationale. Un argument qui a fatalement pour conséquence un contrôle renforcé des internautes russes et une restriction de leurs libertés. Car tout comme dans l’espace, personne ne vous entend crier sans Internet.

Prédire l’avenir grâce à l’IA, c’est le pari relevé par le Pentagone. Le système se base sur une combinaison d’intelligence artificielle, de cloud computing et de capteurs dans l’optique de prédire les événements à venir plusieurs jours en avance. Les données brutes collectées en temps réel sont analysées grâce au machine learning. Jusque-là, rien de bien nouveau, mais là où l'intelligence artificielle intervient, c'est sur l'identification de subtils changements qui pourraient passer inaperçus. Le départ d'un sous-marin, un parking qui se remplit inhabituellement de véhicules, des petits mouvements de troupes qui peuvent sembler insignifiants, sont autant de signaux dont l’IA peut alors prédire s’ils seraient susceptibles de constituer les prémices d'une menace et lancer l’alerte.

Pour ne rien manquer de l’actualité technologique et scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, pensez à le poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FuturaPod, et laissez-nous une note sur vos applications audio préférées. Rendez-vous demain, à 14h30 pour un tout nouvel épisode du hors série estival animé par Elise et Pierre Kerner sur le podcast Bêtes de Science. Pour le reste, on se retrouve dans deux semaines pour un nouveau concentré d’actualités technologiques. Bonne semaine à tous !

Crédits :

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science