De la vapeur d'eau sur Ganymède (FdS#34)

Fil de Science

0:00
5:11
10
10

De la vapeur d'eau sur Ganymède (FdS#34)

Fil de Science

Pour cette semaine du 26 juillet : de la vapeur d'eau sur Ganymède, un record fossile, des données inédites sur la géologie martienne, un emballement climatique et l'oeil de Sauron au fond de l'océan. Bonne écoute, et bon week-end !

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

Bien des surprises pourraient nous attendre sur Ganymède. En analysant des données collectées par Hubble en 1998, 2010 et 2018 afin de préparer les futures observations de la mission Juno, une équipe suédoise a en effet fait la découverte de vapeur d’eau dans l’atmosphère de la lune jovienne. Celle-ci serait vraisemblablement la conséquence de variations de température suffisantes pour permettre à une petite quantité de glace de s’évaporer lorsque le soleil est au zénith. Cette découverte renforce l'intérêt des astronomes pour cette lune dont on sait aujourd'hui que, comme ses sœurs Europe et Callisto, elle abrite un océan d’eau salée à l’état liquide, piégé entre deux couches de glace à plus de 160 kilomètres de profondeur. La mission Juice de l’Agence spatiale européenne qui aura notamment pour mission d’observer Ganymède aura donc du pain sur la planche. Avec un lancement prévu en 2022, celle-ci devrait atteindre Jupiter à l’horizon 2029 et mener des études approfondies sur ses trois plus grandes lunes glacées : Europe, Ganymède et Callisto. Son rôle sera capital pour déterminer le potentiel d'habitabilité des planètes présentant potentiellement des océans, par-delà notre Système solaire. Si tout se déroule comme prévu, de nombreuses réponses devraient nous parvenir d’ici la fin de la mission en 2033. Nous vous invitons bien évidemment à suivre ses évolutions à venir sur Futura.

Les formes de vie complexes sont plus anciennes encore qu’on ne le pensait. Les premiers animaux pluricellulaires connus à s'être développés sur Terre sont des éponges, des membres de la famille des métazoaires dont les plus anciens représentants remonteraient à plus de 600 millions d’années. Mais une nouvelle découverte réalisée dans un récif de plusieurs mètres de haut chamboule la chronologie des chercheurs en repoussant cette date bien plus loin dans le temps. Datant environ de 890 millions d’années, cette éponge vermiforme suggère que des organismes pluricellulaires auraient pu voir le jour avant que l’atmosphère ne se charge considérablement en oxygène. La preuve que la vie trouve toujours un chemin pour s’épanouir.

Mars se révèle aux scientifiques. La planétologie comparée vient de faire un nouveau bond grâce aux données collectées par la mission InSight. Plus précisément, ce sont les ondes sismiques détectées par l'instrument Seis qui ont permis de révéler la structure interne de la planète rouge dans un niveau de détail inédit. Ces mesures révèlent l’existence d’un noyau ferreux liquide mesurant entre 1.790 km et 1.870 km de rayon, et d’un manteau constitué d’une seule enveloppe minérale, similaire à celle du manteau supérieur de la Terre. Mieux encore, une couche située à 10 km de profondeur présente les marques d’une ancienne circulation de fluide, de nouvelles traces encourageantes pour les chercheurs en quête de vie sur notre voisine tellurique.

Il est difficile de l’ignorer : presque tous les signes vitaux de notre planète sont dans le rouge. La multiplication des catastrophes climatiques, de la fonte massive des glaciers aux inondations en passant par les incendies ravageurs, indique de manière catégorique que nous sommes sur une pente descendante que même la diminution de l’utilisation des énergies fossiles en 2020 ne suffit pas à endiguer. Pour éviter l’effondrement irrémédiable de notre habitat, les chercheurs soulignent qu’il ne faudra pas lutter pour mitiger les conséquences du changement climatique mais bien agir à la source en mettant un terme à la surexploitation des ressources terrestres. Dans cette optique, des mesures dissuasives et même punitives devront être mises en place pour accélérer la transition énergétique des citoyens, des industries et des gouvernements. Reste à savoir quelle résistance ces changements vont rencontrer chez chacun d’eux…

Gardiens de l’Anneau unique, prenez garde ! L’œil de Sauron a été repéré dans les tréfonds de l’océan Indien. Découvert par un navire de recherche australien, le volcan abyssal ressemble étrangement à l’iris du Maia corrompu par Morgoth. Celui-ci appartient à un amas de monts sous-marins située à 3.100 mètres de profondeur au large de l’île Christmas, et se présente sous la forme d’un cratère oval dans lequel une protubérance rocheuse prend la forme d’une pupille fendue. C’est donc sans surprise qu’il a été tout simplement baptisé Œil de Sauron par les scientifiques du RV Investigator. Ses voisins ont quant à eux été surnommés Barad-dûr, en hommage à la tour où réside le puissant seigneur, et Ered Lithui en référence aux montagnes séparant le Mordor du Rhovanion. Les images de ces volcans mythiques et nos autres actualités sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas le poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FuturaPod, et laissez-nous une note sur vos applications audio préférées. Rendez-vous demain, à 10h30 pour un nouvel épisode de Chasseurs de Science dédié à la vie aventureuse de la botaniste Marianne North. Pour le reste, on se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous !

Crédits :

Musique : Patricia Chaylade

Texte et voix : Emma Hollen

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Les Facebook Files révèlent les sombres secrets du géant (TechPod #11)

Fil de Science

Sels d'aluminium : danger pour l'ADN (FDS #45)

Fil de Science

Y a-t-il assez à manger pour tout le monde sur Terre ? [INTERVIEW]

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Pour cette semaine du 26 juillet : de la vapeur d'eau sur Ganymède, un record fossile, des données inédites sur la géologie martienne, un emballement climatique et l'oeil de Sauron au fond de l'océan. Bonne écoute, et bon week-end !

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans Fil de Science, le podcast Futura où nous retraçons l’actualité de la semaine.

Bien des surprises pourraient nous attendre sur Ganymède. En analysant des données collectées par Hubble en 1998, 2010 et 2018 afin de préparer les futures observations de la mission Juno, une équipe suédoise a en effet fait la découverte de vapeur d’eau dans l’atmosphère de la lune jovienne. Celle-ci serait vraisemblablement la conséquence de variations de température suffisantes pour permettre à une petite quantité de glace de s’évaporer lorsque le soleil est au zénith. Cette découverte renforce l'intérêt des astronomes pour cette lune dont on sait aujourd'hui que, comme ses sœurs Europe et Callisto, elle abrite un océan d’eau salée à l’état liquide, piégé entre deux couches de glace à plus de 160 kilomètres de profondeur. La mission Juice de l’Agence spatiale européenne qui aura notamment pour mission d’observer Ganymède aura donc du pain sur la planche. Avec un lancement prévu en 2022, celle-ci devrait atteindre Jupiter à l’horizon 2029 et mener des études approfondies sur ses trois plus grandes lunes glacées : Europe, Ganymède et Callisto. Son rôle sera capital pour déterminer le potentiel d'habitabilité des planètes présentant potentiellement des océans, par-delà notre Système solaire. Si tout se déroule comme prévu, de nombreuses réponses devraient nous parvenir d’ici la fin de la mission en 2033. Nous vous invitons bien évidemment à suivre ses évolutions à venir sur Futura.

Les formes de vie complexes sont plus anciennes encore qu’on ne le pensait. Les premiers animaux pluricellulaires connus à s'être développés sur Terre sont des éponges, des membres de la famille des métazoaires dont les plus anciens représentants remonteraient à plus de 600 millions d’années. Mais une nouvelle découverte réalisée dans un récif de plusieurs mètres de haut chamboule la chronologie des chercheurs en repoussant cette date bien plus loin dans le temps. Datant environ de 890 millions d’années, cette éponge vermiforme suggère que des organismes pluricellulaires auraient pu voir le jour avant que l’atmosphère ne se charge considérablement en oxygène. La preuve que la vie trouve toujours un chemin pour s’épanouir.

Mars se révèle aux scientifiques. La planétologie comparée vient de faire un nouveau bond grâce aux données collectées par la mission InSight. Plus précisément, ce sont les ondes sismiques détectées par l'instrument Seis qui ont permis de révéler la structure interne de la planète rouge dans un niveau de détail inédit. Ces mesures révèlent l’existence d’un noyau ferreux liquide mesurant entre 1.790 km et 1.870 km de rayon, et d’un manteau constitué d’une seule enveloppe minérale, similaire à celle du manteau supérieur de la Terre. Mieux encore, une couche située à 10 km de profondeur présente les marques d’une ancienne circulation de fluide, de nouvelles traces encourageantes pour les chercheurs en quête de vie sur notre voisine tellurique.

Il est difficile de l’ignorer : presque tous les signes vitaux de notre planète sont dans le rouge. La multiplication des catastrophes climatiques, de la fonte massive des glaciers aux inondations en passant par les incendies ravageurs, indique de manière catégorique que nous sommes sur une pente descendante que même la diminution de l’utilisation des énergies fossiles en 2020 ne suffit pas à endiguer. Pour éviter l’effondrement irrémédiable de notre habitat, les chercheurs soulignent qu’il ne faudra pas lutter pour mitiger les conséquences du changement climatique mais bien agir à la source en mettant un terme à la surexploitation des ressources terrestres. Dans cette optique, des mesures dissuasives et même punitives devront être mises en place pour accélérer la transition énergétique des citoyens, des industries et des gouvernements. Reste à savoir quelle résistance ces changements vont rencontrer chez chacun d’eux…

Gardiens de l’Anneau unique, prenez garde ! L’œil de Sauron a été repéré dans les tréfonds de l’océan Indien. Découvert par un navire de recherche australien, le volcan abyssal ressemble étrangement à l’iris du Maia corrompu par Morgoth. Celui-ci appartient à un amas de monts sous-marins située à 3.100 mètres de profondeur au large de l’île Christmas, et se présente sous la forme d’un cratère oval dans lequel une protubérance rocheuse prend la forme d’une pupille fendue. C’est donc sans surprise qu’il a été tout simplement baptisé Œil de Sauron par les scientifiques du RV Investigator. Ses voisins ont quant à eux été surnommés Barad-dûr, en hommage à la tour où réside le puissant seigneur, et Ered Lithui en référence aux montagnes séparant le Mordor du Rhovanion. Les images de ces volcans mythiques et nos autres actualités sont à découvrir sur Futura, bien entendu.

Pour ne rien manquer de l’actualité scientifique, rendez-vous sur les plateformes de diffusion pour vous abonner à Fil de Science et à nos autres podcasts. Si cet épisode vous a plu, n’hésitez pas le poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FuturaPod, et laissez-nous une note sur vos applications audio préférées. Rendez-vous demain, à 10h30 pour un nouvel épisode de Chasseurs de Science dédié à la vie aventureuse de la botaniste Marianne North. Pour le reste, on se retrouve vendredi prochain, à 18h30, avec toujours plus de nouveautés scientifiques. Bon week-end à tous !

Crédits :

Musique : Patricia Chaylade

Texte et voix : Emma Hollen

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science