Covipod #1 : le récap actu du coronavirus

Fil de Science

0:00
5:59
10
10

Covipod #1 : le récap actu du coronavirus

Fil de Science

Aujourd'hui nous testons avec vous un nouveau format spécial, baptisé Covipod. Ensemble, nous décrypterons les clés et événements marquants de la pandémie avant de faire un rapide tour des dernières connaissances scientifiques et des mesures à suivre.

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à tous, bienvenue dans cette première pastille coronavirus. Je suis Julie, diplômée d’un master d’infectiologie et rédactrice scientifique à Futura. Dans cette parenthèse audio, nous allons ensemble faire le tour de l’actualité sur coronavirus, de façon posée et simple. Le but est de vous donner les clés pour y voir plus clair dans cette pandémie parfois déroutante. Nous décrypterons ensemble un événement marquant de la pandémie de Covid-19 avant de faire un tour rapide des nouvelles connaissances scientifiques. N’oubliez pas de vous abonner aux podcast produits par Futura pour être au plus près de l’actualité scientifique. Et si vous le cœur vous en dit, laissez-nous une note et un commentaire sur vos plateformes d’écoutes préférées.

La vaccination n’est pas un moment agréable. Au moment de l’injection, le produit picote sous la peau puis le bras devient douloureux et on est fatigué. On se passerait bien de tous ces petits désagréments. Pourtant, ils sont bon signe ! En effet, le principe de la vaccination est de stimuler les défenses immunitaires pour les préparer à riposter en cas d’infection. Cette activité immunitaire, appelée « inflammation », est intense et on en ressent parfois les conséquences. Les désagréments modérés et passagers sont le témoin de la bonne mise en route du système immunitaire. L’ANSM, l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, suit tout cela comme le lait sur le feu. Toutes les trois semaines, ils font les comptes.

Les vaccins Pfizer et Moderna, tous deux à ARN messagers, provoquent le même type d’effets secondaires. Ils sont bénins dans la grande majorité des cas, mais l’ANSM a tout de même identifié 73 cas d’hypertension artérielle. Heureusement, elles n’étaient que transitoires et n’ont pas mis en danger la santé des personnes, mais c’est un effet secondaire à surveiller. Le vaccin d’AstraZeneca, un vaccin basé sur un adénovirus modifié pour qu’il porte la protéine S du coronavirus, est plus immunogène, c’est-à-dire qu’il stimule plus intensément le système immunitaire. Il provoque donc des effets secondaires plus importants. Une personne sur 100 environ déclenche des syndromes grippaux, avec de la fièvre, de la fatigue et des maux de tête qui peuvent nécessiter une prise en charge médicale et un temps de repos plus important. Malgré tous ces désagréments, les bénéfices de la vaccination sont indéniables face à la Covid-19. Pour en savoir plus sur les effets secondaires de la vaccination, vous pouvez lire l’article : Pourquoi avoir quelques effets secondaires après un vaccin est-il bon signe ? déjà en ligne sur Futura.

Dans l’actualité scientifique autour du coronavirus : 

Les scientifiques de l’Institut Francis Crick de Londres ont réalisé plusieurs expériences pour comprendre comment les mutations de la protéine S modifient la biologie du virus. Ils ont observé que les mutations de la souche D614G, apparue au printemps 2020, ont assoupli la protéine S, permettant au virus de mieux se fixer aux cellules humaines. Ces travaux permettent de mieux comprendre pourquoi les variants anglais ou sud-africains sont plus transmissibles.

Les enquêteurs de l’OMS ont partagé leur première conclusion sur l’origine du coronavirus. Tout ce qui est sûr, c'est que l’hypothèse d’une création en laboratoire est écartée. On attend avec impatience leur rapport détaillé, à paraître dans quelques semaines.

L’OMS a accordé une autorisation d’urgence pour le vaccin d’AstraZeneca, permettant aux pays n’ayant pas les moyens de vérifier son efficacité et ne pouvant pas stocker les vaccins fragiles de Moderna et Pfizer, d’avoir accès à un vaccin contre le coronavirus.

Alors que les premières études n’ont démontré aucun bénéfice, les résultats de Recovery, un essai clinique européen qui a jugé de l’efficacité de plusieurs traitement contre la Covid-19, indiquent que le tocilizumab, un anticorps monoclonal prescrit dans l’arthrite rhumatoïde, réduit la mortalité des patients atteints de la Covid-19 hospitalisés.

Une entreprise française, Pharma & Beauty, a annoncé qu’elle a mis au point un spray nasal à base d’eau purifiée et d’eau ionisée qui réduirait de 99 % de la charge virale. Des tests ont été réalisés par l’IHU Méditerranée et les résultats n’ont pas encore été partagés. Prudence donc. Ce spray permettrait de débarrasser les fosses nasales du coronavirus, mais n’est en pas un traitement curatif contre la Covid-19 ou un remplacement au vaccin.

Merci d’avoir écouté cette première pastille coronavirus. Le respect des gestes barrières et des mesures de confinement est primordial pour venir à bout de cette épidémie. Votre masque doit couvrir votre bouche et votre nez et ne doit pas bâiller. Lavez-vous les mains au savon et à l’eau régulièrement et respectez les mesures de distanciation sociale. Les efforts de chacun comptent.

Pour soutenir notre travail et améliorer notre visibilité, abonnez-vous et partagez ce podcast autour de vous ! Vous pouvez retrouvez toute l’actualité scientifique sur le coronavirus sur Futura. À très bientôt !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Les Facebook Files révèlent les sombres secrets du géant (TechPod #11)

Fil de Science

Sels d'aluminium : danger pour l'ADN (FDS #45)

Fil de Science

Y a-t-il assez à manger pour tout le monde sur Terre ? [INTERVIEW]

Fil de Science

The podcast Fil de Science has been added to your home screen.

Aujourd'hui nous testons avec vous un nouveau format spécial, baptisé Covipod. Ensemble, nous décrypterons les clés et événements marquants de la pandémie avant de faire un rapide tour des dernières connaissances scientifiques et des mesures à suivre.

Retrouvez les dernières actualités sur Futura :

Transcription du podcast :

Bonjour à tous, bienvenue dans cette première pastille coronavirus. Je suis Julie, diplômée d’un master d’infectiologie et rédactrice scientifique à Futura. Dans cette parenthèse audio, nous allons ensemble faire le tour de l’actualité sur coronavirus, de façon posée et simple. Le but est de vous donner les clés pour y voir plus clair dans cette pandémie parfois déroutante. Nous décrypterons ensemble un événement marquant de la pandémie de Covid-19 avant de faire un tour rapide des nouvelles connaissances scientifiques. N’oubliez pas de vous abonner aux podcast produits par Futura pour être au plus près de l’actualité scientifique. Et si vous le cœur vous en dit, laissez-nous une note et un commentaire sur vos plateformes d’écoutes préférées.

La vaccination n’est pas un moment agréable. Au moment de l’injection, le produit picote sous la peau puis le bras devient douloureux et on est fatigué. On se passerait bien de tous ces petits désagréments. Pourtant, ils sont bon signe ! En effet, le principe de la vaccination est de stimuler les défenses immunitaires pour les préparer à riposter en cas d’infection. Cette activité immunitaire, appelée « inflammation », est intense et on en ressent parfois les conséquences. Les désagréments modérés et passagers sont le témoin de la bonne mise en route du système immunitaire. L’ANSM, l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, suit tout cela comme le lait sur le feu. Toutes les trois semaines, ils font les comptes.

Les vaccins Pfizer et Moderna, tous deux à ARN messagers, provoquent le même type d’effets secondaires. Ils sont bénins dans la grande majorité des cas, mais l’ANSM a tout de même identifié 73 cas d’hypertension artérielle. Heureusement, elles n’étaient que transitoires et n’ont pas mis en danger la santé des personnes, mais c’est un effet secondaire à surveiller. Le vaccin d’AstraZeneca, un vaccin basé sur un adénovirus modifié pour qu’il porte la protéine S du coronavirus, est plus immunogène, c’est-à-dire qu’il stimule plus intensément le système immunitaire. Il provoque donc des effets secondaires plus importants. Une personne sur 100 environ déclenche des syndromes grippaux, avec de la fièvre, de la fatigue et des maux de tête qui peuvent nécessiter une prise en charge médicale et un temps de repos plus important. Malgré tous ces désagréments, les bénéfices de la vaccination sont indéniables face à la Covid-19. Pour en savoir plus sur les effets secondaires de la vaccination, vous pouvez lire l’article : Pourquoi avoir quelques effets secondaires après un vaccin est-il bon signe ? déjà en ligne sur Futura.

Dans l’actualité scientifique autour du coronavirus : 

Les scientifiques de l’Institut Francis Crick de Londres ont réalisé plusieurs expériences pour comprendre comment les mutations de la protéine S modifient la biologie du virus. Ils ont observé que les mutations de la souche D614G, apparue au printemps 2020, ont assoupli la protéine S, permettant au virus de mieux se fixer aux cellules humaines. Ces travaux permettent de mieux comprendre pourquoi les variants anglais ou sud-africains sont plus transmissibles.

Les enquêteurs de l’OMS ont partagé leur première conclusion sur l’origine du coronavirus. Tout ce qui est sûr, c'est que l’hypothèse d’une création en laboratoire est écartée. On attend avec impatience leur rapport détaillé, à paraître dans quelques semaines.

L’OMS a accordé une autorisation d’urgence pour le vaccin d’AstraZeneca, permettant aux pays n’ayant pas les moyens de vérifier son efficacité et ne pouvant pas stocker les vaccins fragiles de Moderna et Pfizer, d’avoir accès à un vaccin contre le coronavirus.

Alors que les premières études n’ont démontré aucun bénéfice, les résultats de Recovery, un essai clinique européen qui a jugé de l’efficacité de plusieurs traitement contre la Covid-19, indiquent que le tocilizumab, un anticorps monoclonal prescrit dans l’arthrite rhumatoïde, réduit la mortalité des patients atteints de la Covid-19 hospitalisés.

Une entreprise française, Pharma & Beauty, a annoncé qu’elle a mis au point un spray nasal à base d’eau purifiée et d’eau ionisée qui réduirait de 99 % de la charge virale. Des tests ont été réalisés par l’IHU Méditerranée et les résultats n’ont pas encore été partagés. Prudence donc. Ce spray permettrait de débarrasser les fosses nasales du coronavirus, mais n’est en pas un traitement curatif contre la Covid-19 ou un remplacement au vaccin.

Merci d’avoir écouté cette première pastille coronavirus. Le respect des gestes barrières et des mesures de confinement est primordial pour venir à bout de cette épidémie. Votre masque doit couvrir votre bouche et votre nez et ne doit pas bâiller. Lavez-vous les mains au savon et à l’eau régulièrement et respectez les mesures de distanciation sociale. Les efforts de chacun comptent.

Pour soutenir notre travail et améliorer notre visibilité, abonnez-vous et partagez ce podcast autour de vous ! Vous pouvez retrouvez toute l’actualité scientifique sur le coronavirus sur Futura. À très bientôt !

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Fil de Science