L'ours brun : bien plus futé qu'il n'y paraît

Bêtes de science

0:00
5:39
10
10

L'ours brun : bien plus futé qu'il n'y paraît

Bêtes de science

Ancien roi des animaux, l'ours brun continue d'occuper une place privilégiée dans le paysage de notre enfance. Ce gros animal peluche est loin d'être un benêt, une boule de poils paresseuse qui ne se lève que pour piquer un peu de miel dans les ruches. Son comportement social est riche et complexe, et il sait même se servir d'outils. Découvrez pourquoi Baloo se gratte contre les arbres et quelle astuce l'ours a trouvé pour véritablement apaiser ses démangeaisons dans ce nouvel épisode de Bêtes de Science.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Pour aller plus loin :

Transcription du podcast :

Bienvenue dans Bêtes de Science, le podcast Futura qui fait la part belle aux animaux. Je suis Marie et pour ce nouvel épisode, on va s’intéresser à l’intelligence sous-estimée de l’ours brun.

L’ours brun, vous connaissez ? Même s’il est plutôt discret et rare, ce plantigrade fait partie de notre monde depuis notre plus tendre enfance. Qu’il soit en peluche, à la télé comme Bouba, ou entre les pages de nos livres comme Petit Ours Brun ou Ernest, cet animal timide est LE compagnon de nos jeunes années. Et ce lien qui nous unit ne date pas d’aujourd’hui.

Et il nous accompagne depuis longtemps, puisque Les Hommes du Paléolithique partageaient déjà leurs cavernes avec lui. Dans la grotte Chauvet, en Ardèche, les chercheurs ont trouvé des crânes d'ours disposés en demi-cercle. Et même la plus ancienne statue modelée découverte à ce jour, retrouvée dans la grotte de Montespan en Haute-Garonne, est un hommage à l'ours. Admiré et même parfois vénéré, l'ours brun a été, pour nos ancêtres européens, le premier véritable roi des animaux.

Mais aujourd’hui, ses effectifs racontent une autre histoire. Car si l’ours brun prospère en Scandinavie et dans les Balkans, en France, il est presque inexistant. On estime que moins de 60 individus vivent actuellement dans les Pyrénées, alors qu’à l’ère romaine on le comptait encore par milliers dans toutes les forêts de montagnes françaises. Pour tout vous dire, l’espèce va mal. Ursus arctos a été classé en danger critique d’extinction par l’UICN, aux côtés de seulement deux autres mammifères en France : le vison d’Europe et le rhinolophe de Méhely, une sorte de chauve-souris. Parfois traqué, sa cohabitation peut être complexe avec l'être humain, alors que cet animal étonne de plus en plus les chercheurs.

Depuis une quinzaine d’années, des études scientifiques s’intéressent aux comportements et au métabolisme de l’ours brun. L’objectif : comprendre ses habitudes pour mieux le protéger, mais aussi pour nous aider à mieux cohabiter avec lui. Car oui, cette montagne de poils est de muscles est puissante, mais elle est aussi intelligente.

La preuve : l’ours brun est capable de lire son environnement, de s'y adapter, et même de l'analyser, jusqu’à parfois tirer profit d’une situation d’une manière assez surprenante. Des chercheurs racontent par exemple comment une maman ourse s’est servie d’eux comme baby-sitters. Oui oui, après s’être assurée que les ours mâles n’oseraient pas s’approcher de ses petits tant que des humains seraient dans les parages, elle a d’une certaine façon confié la garde de ses oursons à l’équipe, devenue super-nounous malgré eux pendant qu’elle partait chercher à manger.

Si vous avez déjà lu ou vu Le Livre de la Jungle, vous avez certainement l’image de l’ours Baloo se grattant avec passion le dos contre les arbres. Mais figurez-vous que cela n’a rien à voir avec des démangeaisons. En réalité, les mâles se frottent contre l’écorce pour y déposer des messages chimiques qui leur serviront à marquer leur territoire. Il se pourrait même que cette communication invisible aide à réduire les conflits pendant la saison des amours.

Eh oui ! L’ours est un être social. Il est aussi curieux, et sait apprendre rapidement grâce à son cerveau plutôt gros par rapport à son corps. Il fait aussi partie des rares mammifères en dehors des grands singes qui savent utiliser des outils. Il a beau avoir de grosses pattounes, il sait les utiliser avec dextérité. C’est dans une rivière d’Alaska que les scientifiques l’ont vu à l’œuvre pour la première fois. Et cette fois-ci, l’ours avait vraiment une démangeaison à soulager. Une sensation désagréable qui lui titillait le museau. Au lieu de se servir de ses longues griffes pour se gratter, l’animal a plongé la patte sous l’eau pour en retirer une pierre bien rugueuse, couverte de coquilles de crustacés. Après l’avoir calée entre ses deux gros coussinets noirs, l’ours s’est frotté les joues et le bout de la truffe avec délice sous le regard ahuri des chercheurs. Sous ses airs patauds, il est plutôt habile quand il s’agit de prendre soin de lui.

Car d’après les spécialistes, se gratter contre un rocher et utiliser une pierre sont deux choses bien différentes. Dans le premier cas, l’ours se sert d’une extension de son environnement, alors que dans le second, il crée une extension à son corps, que l’on appelle alors un outil. Et on ne dirait pas comme ça, mais il faut une bonne perception spatiale et des compétences motrices fines pour arriver à ce résultat. Dit plus simplement : l’ours brun est capable d’analyser les choses qui l’entourent dans le détail et de faire preuve d’assez d’agilité pour manipuler des objets. Comme quoi, il est loin de mériter son image de gros paresseux somnolent et maladroit. Alors, pas si bête, l'ours brun !

​​Merci d'avoir suivi cet épisode de Bêtes de science. Vous pouvez retrouver la chronique originale de Nathalie Mayer sur Futura et le podcast sur Spotify, Deezer, Apple Podcast, et bien d’autres. Pensez à vous abonner pour ne plus manquer un seul épisode et retrouvez nos autres podcasts sur vos applications audio préférées. On se retrouve dans deux semaines, avec de nouveaux comportements toujours aussi étonnants. À bientôt !

Musique et bruitages :

Silly Intro, Fantasy Ambience, et Freedom, par Alexander Nakarada

Licence: https://filmmusic.io/standard-license

Piccolo and a Cane, par TeknoAxe

Wat Dat Dee, par Smooth Sounds

Zapsplat

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

La sardine, plus douée que la Patrouille de France

Bêtes de science

Mouche cannibale et grillons mutants à Hawaï (HS spécial été #2)

Bêtes de science

Ce crocodile se déguise en nid pour chasser l'oiseau

Bêtes de science

The podcast Bêtes de science has been added to your home screen.

Ancien roi des animaux, l'ours brun continue d'occuper une place privilégiée dans le paysage de notre enfance. Ce gros animal peluche est loin d'être un benêt, une boule de poils paresseuse qui ne se lève que pour piquer un peu de miel dans les ruches. Son comportement social est riche et complexe, et il sait même se servir d'outils. Découvrez pourquoi Baloo se gratte contre les arbres et quelle astuce l'ours a trouvé pour véritablement apaiser ses démangeaisons dans ce nouvel épisode de Bêtes de Science.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Pour aller plus loin :

Transcription du podcast :

Bienvenue dans Bêtes de Science, le podcast Futura qui fait la part belle aux animaux. Je suis Marie et pour ce nouvel épisode, on va s’intéresser à l’intelligence sous-estimée de l’ours brun.

L’ours brun, vous connaissez ? Même s’il est plutôt discret et rare, ce plantigrade fait partie de notre monde depuis notre plus tendre enfance. Qu’il soit en peluche, à la télé comme Bouba, ou entre les pages de nos livres comme Petit Ours Brun ou Ernest, cet animal timide est LE compagnon de nos jeunes années. Et ce lien qui nous unit ne date pas d’aujourd’hui.

Et il nous accompagne depuis longtemps, puisque Les Hommes du Paléolithique partageaient déjà leurs cavernes avec lui. Dans la grotte Chauvet, en Ardèche, les chercheurs ont trouvé des crânes d'ours disposés en demi-cercle. Et même la plus ancienne statue modelée découverte à ce jour, retrouvée dans la grotte de Montespan en Haute-Garonne, est un hommage à l'ours. Admiré et même parfois vénéré, l'ours brun a été, pour nos ancêtres européens, le premier véritable roi des animaux.

Mais aujourd’hui, ses effectifs racontent une autre histoire. Car si l’ours brun prospère en Scandinavie et dans les Balkans, en France, il est presque inexistant. On estime que moins de 60 individus vivent actuellement dans les Pyrénées, alors qu’à l’ère romaine on le comptait encore par milliers dans toutes les forêts de montagnes françaises. Pour tout vous dire, l’espèce va mal. Ursus arctos a été classé en danger critique d’extinction par l’UICN, aux côtés de seulement deux autres mammifères en France : le vison d’Europe et le rhinolophe de Méhely, une sorte de chauve-souris. Parfois traqué, sa cohabitation peut être complexe avec l'être humain, alors que cet animal étonne de plus en plus les chercheurs.

Depuis une quinzaine d’années, des études scientifiques s’intéressent aux comportements et au métabolisme de l’ours brun. L’objectif : comprendre ses habitudes pour mieux le protéger, mais aussi pour nous aider à mieux cohabiter avec lui. Car oui, cette montagne de poils est de muscles est puissante, mais elle est aussi intelligente.

La preuve : l’ours brun est capable de lire son environnement, de s'y adapter, et même de l'analyser, jusqu’à parfois tirer profit d’une situation d’une manière assez surprenante. Des chercheurs racontent par exemple comment une maman ourse s’est servie d’eux comme baby-sitters. Oui oui, après s’être assurée que les ours mâles n’oseraient pas s’approcher de ses petits tant que des humains seraient dans les parages, elle a d’une certaine façon confié la garde de ses oursons à l’équipe, devenue super-nounous malgré eux pendant qu’elle partait chercher à manger.

Si vous avez déjà lu ou vu Le Livre de la Jungle, vous avez certainement l’image de l’ours Baloo se grattant avec passion le dos contre les arbres. Mais figurez-vous que cela n’a rien à voir avec des démangeaisons. En réalité, les mâles se frottent contre l’écorce pour y déposer des messages chimiques qui leur serviront à marquer leur territoire. Il se pourrait même que cette communication invisible aide à réduire les conflits pendant la saison des amours.

Eh oui ! L’ours est un être social. Il est aussi curieux, et sait apprendre rapidement grâce à son cerveau plutôt gros par rapport à son corps. Il fait aussi partie des rares mammifères en dehors des grands singes qui savent utiliser des outils. Il a beau avoir de grosses pattounes, il sait les utiliser avec dextérité. C’est dans une rivière d’Alaska que les scientifiques l’ont vu à l’œuvre pour la première fois. Et cette fois-ci, l’ours avait vraiment une démangeaison à soulager. Une sensation désagréable qui lui titillait le museau. Au lieu de se servir de ses longues griffes pour se gratter, l’animal a plongé la patte sous l’eau pour en retirer une pierre bien rugueuse, couverte de coquilles de crustacés. Après l’avoir calée entre ses deux gros coussinets noirs, l’ours s’est frotté les joues et le bout de la truffe avec délice sous le regard ahuri des chercheurs. Sous ses airs patauds, il est plutôt habile quand il s’agit de prendre soin de lui.

Car d’après les spécialistes, se gratter contre un rocher et utiliser une pierre sont deux choses bien différentes. Dans le premier cas, l’ours se sert d’une extension de son environnement, alors que dans le second, il crée une extension à son corps, que l’on appelle alors un outil. Et on ne dirait pas comme ça, mais il faut une bonne perception spatiale et des compétences motrices fines pour arriver à ce résultat. Dit plus simplement : l’ours brun est capable d’analyser les choses qui l’entourent dans le détail et de faire preuve d’assez d’agilité pour manipuler des objets. Comme quoi, il est loin de mériter son image de gros paresseux somnolent et maladroit. Alors, pas si bête, l'ours brun !

​​Merci d'avoir suivi cet épisode de Bêtes de science. Vous pouvez retrouver la chronique originale de Nathalie Mayer sur Futura et le podcast sur Spotify, Deezer, Apple Podcast, et bien d’autres. Pensez à vous abonner pour ne plus manquer un seul épisode et retrouvez nos autres podcasts sur vos applications audio préférées. On se retrouve dans deux semaines, avec de nouveaux comportements toujours aussi étonnants. À bientôt !

Musique et bruitages :

Silly Intro, Fantasy Ambience, et Freedom, par Alexander Nakarada

Licence: https://filmmusic.io/standard-license

Piccolo and a Cane, par TeknoAxe

Wat Dat Dee, par Smooth Sounds

Zapsplat

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Bêtes de science