Le chien, fin détecteur... de menteurs

Bêtes de science

0:00
5:07
10
10

Le chien, fin détecteur... de menteurs

Bêtes de science

Le chien est notre meilleur ami, mais sa loyauté n'est pas toujours acquise. Si votre compagnon à quatre pattes est doué pour deviner votre humeur, il l'est également pour repérer les menteurs. Et lorsque sa confiance est perdue, elle n'est pas toujours facile à regagner.

Comment les chercheurs l'ont-ils découvert ? Pour le savoir, il vous faudra écouter ce nouvel épisode de Bêtes de Science.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Pour aller plus loin :

Transcription du podcast :

Bienvenue dans Bêtes de Science, le podcast Futura qui fait la part belle aux animaux. Je suis Marie et pour ce nouvel épisode, on va s’intéresser aux incroyables talents de détection du chien.

​Ah, le chien ! Petit ou grand, tout fou ou solennel, patachon ou sportif, s’il y a bien une chose qu’il est toujours, c’est loyal. On le considère comme le meilleur ami de l’humain, et pour cause, les chiens marchent à nos côtés depuis plus de 15.000 ans. Leur fidélité n’a d’égale que leur intelligence. Car même si nos compagnons à quatre pattes peuvent parfois se montrer un peu bêta et nous faire sourire pendant des heures sur les réseaux sociaux, les cabots en ont dans la caboche et savent être vraiment brillants, quand ils le veulent bien.

Les scientifiques ont remarqué cette intelligence depuis longtemps. En général, ils estiment qu’un chien est aussi malin qu’un enfant humain de 2 ou 3 ans. Mais franchement, ça ne veut pas dire grand-chose. Difficile de comparer l’intelligence de deux animaux certes très proches, mais aussi très différents. Fascinés par les capacités du meilleur ami de l’humain, les chercheurs aiment distinguer chez eux trois grands types d’intelligence. D’abord, une intelligence qu’on appelle instinctive. Elle est déterminée par la race du chien : tandis que certains sont doués pour guider les moutons, d’autres sont des chasseurs nés. Puis il y a l’intelligence adaptative qui mesure comment un chien apprend de son environnement pour résoudre des problèmes. Enfin, on parle aussi d’intelligence d’obéissance et de travail. Celle-ci évalue la capacité du chien à apprendre des humains. Mais il y a aussi l’intelligence linguistique qui lui permet d’apprendre du vocabulaire, comme Chaser la border collie, qui connaît plus de 1.000 mots. Ou encore l’intelligence émotionnelle et sociale.

C’est d’ailleurs de cette dernière qu’il va être question aujourd’hui. Notez avant tout que, du peu que l’on en sait, le chien n’est pas naturellement capable de comprendre ses propres émotions. Ou de les maîtriser. En revanche, il semble très réceptif aux émotions des autres. il est vraie éponge à sentiments quand il s’agit de celles de son compagnon humain. Si un chien vit avec vous, vous le savez déjà. En un clin d’œil un votre meilleur ami viendra vous réconforter si vous êtes triste, sautera autour de vous si vous êtes heureux, et se fera tout petit s’il sent le moindre reproche dans vos yeux parce qu’il a piqué quelques croquettes en douce. C’est ce qui fait ce lien si fort entre nos deux espèces, nous les considérons bien souvent comme des membres de notre famille !

Mais avez-vous déjà remarqué que votre chien est capable de se méfier de vous quand vous mentez ? Eh oui, malgré les apparences, nos compagnons canins ne nous accordent pas une confiance aveugle. Les chercheurs l’ont démontré avec une expérience qui a du chien et que vous pouvez reproduire chez vous. Prenez deux boîtes opaques et cachez une friandise dans l’une d’elles. 1ère étape : Pointez du doigt la boîte contenant la récompense pour indiquer à votre chien que c’est là qu’il doit aller la chercher. 2ème étape : on recommence, mais cette fois-ci, pointez la mauvaise boîte, et laissez votre chien constater que vous lui avez joué un mauvais tour. Enfin, on répète la manipulation une dernière fois, mais cette fois, pointez à nouveau vers la boîte contenant une friandise et vous verrez que votre chien a de fortes chances de vous regarder avec un air signifiant, “on ne me la fait pas deux fois”.

C’est ce que les expérimentateurs ont mesuré. Ils ont découvert que si les chiens avaient tendance à prêter attention durant les étapes 1 et 2, ils n’étaient plus aussi enthousiastes au moment de l’étape 3 si on leur avait menti.

Plus intéressant encore : si nos sujets à quatre pattes finissaient par bouder le scientifiques qui les avait trompés pour de bon, ils étaient cependant tout à fait prêts à réaccorder leur confiance à un nouvel expérimentateur. La preuve d’une intelligence émotionnelle et sociale plus développée que ce que nous pouvions imaginer, et une bonne occasion de se rappeler que si un toutou ne nous semble pas très malin c’est peut-être parce que nous devons juste apprendre à l’écouter et à partager ses émotions. Alors, pas si bêtes, les chiens.

​​Merci d'avoir suivi cet épisode de Bêtes de science. Vous pouvez retrouver la chronique originale de Nathalie Mayer sur Futura et le podcast sur Spotify, Deezer, Apple Podcast, et bien d’autres. Pensez à vous abonner pour ne plus manquer un seul épisode et retrouvez nos autres podcasts sur vos applications audio préférées. On se retrouve dans deux semaines, avec de nouveaux comportements toujours aussi étonnants. À bientôt !

Musique :

Silly Intro et Freedom, par Alexander Nakarada

Fancy Family, par Rafael Krux

Breaktime et Marty Gots a Plan, par Kevin MacLeod

Licence: https://filmmusic.io/standard-license

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Le blob, cette drôle de gelée qui sait penser

Bêtes de science

Comment cette araignée arrive-t-elle à soulever des lézards ?

Bêtes de science

Le rat-taupe nu, cet étonnant polyglotte

Bêtes de science

The podcast Bêtes de science has been added to your home screen.

Le chien est notre meilleur ami, mais sa loyauté n'est pas toujours acquise. Si votre compagnon à quatre pattes est doué pour deviner votre humeur, il l'est également pour repérer les menteurs. Et lorsque sa confiance est perdue, elle n'est pas toujours facile à regagner.

Comment les chercheurs l'ont-ils découvert ? Pour le savoir, il vous faudra écouter ce nouvel épisode de Bêtes de Science.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Pour aller plus loin :

Transcription du podcast :

Bienvenue dans Bêtes de Science, le podcast Futura qui fait la part belle aux animaux. Je suis Marie et pour ce nouvel épisode, on va s’intéresser aux incroyables talents de détection du chien.

​Ah, le chien ! Petit ou grand, tout fou ou solennel, patachon ou sportif, s’il y a bien une chose qu’il est toujours, c’est loyal. On le considère comme le meilleur ami de l’humain, et pour cause, les chiens marchent à nos côtés depuis plus de 15.000 ans. Leur fidélité n’a d’égale que leur intelligence. Car même si nos compagnons à quatre pattes peuvent parfois se montrer un peu bêta et nous faire sourire pendant des heures sur les réseaux sociaux, les cabots en ont dans la caboche et savent être vraiment brillants, quand ils le veulent bien.

Les scientifiques ont remarqué cette intelligence depuis longtemps. En général, ils estiment qu’un chien est aussi malin qu’un enfant humain de 2 ou 3 ans. Mais franchement, ça ne veut pas dire grand-chose. Difficile de comparer l’intelligence de deux animaux certes très proches, mais aussi très différents. Fascinés par les capacités du meilleur ami de l’humain, les chercheurs aiment distinguer chez eux trois grands types d’intelligence. D’abord, une intelligence qu’on appelle instinctive. Elle est déterminée par la race du chien : tandis que certains sont doués pour guider les moutons, d’autres sont des chasseurs nés. Puis il y a l’intelligence adaptative qui mesure comment un chien apprend de son environnement pour résoudre des problèmes. Enfin, on parle aussi d’intelligence d’obéissance et de travail. Celle-ci évalue la capacité du chien à apprendre des humains. Mais il y a aussi l’intelligence linguistique qui lui permet d’apprendre du vocabulaire, comme Chaser la border collie, qui connaît plus de 1.000 mots. Ou encore l’intelligence émotionnelle et sociale.

C’est d’ailleurs de cette dernière qu’il va être question aujourd’hui. Notez avant tout que, du peu que l’on en sait, le chien n’est pas naturellement capable de comprendre ses propres émotions. Ou de les maîtriser. En revanche, il semble très réceptif aux émotions des autres. il est vraie éponge à sentiments quand il s’agit de celles de son compagnon humain. Si un chien vit avec vous, vous le savez déjà. En un clin d’œil un votre meilleur ami viendra vous réconforter si vous êtes triste, sautera autour de vous si vous êtes heureux, et se fera tout petit s’il sent le moindre reproche dans vos yeux parce qu’il a piqué quelques croquettes en douce. C’est ce qui fait ce lien si fort entre nos deux espèces, nous les considérons bien souvent comme des membres de notre famille !

Mais avez-vous déjà remarqué que votre chien est capable de se méfier de vous quand vous mentez ? Eh oui, malgré les apparences, nos compagnons canins ne nous accordent pas une confiance aveugle. Les chercheurs l’ont démontré avec une expérience qui a du chien et que vous pouvez reproduire chez vous. Prenez deux boîtes opaques et cachez une friandise dans l’une d’elles. 1ère étape : Pointez du doigt la boîte contenant la récompense pour indiquer à votre chien que c’est là qu’il doit aller la chercher. 2ème étape : on recommence, mais cette fois-ci, pointez la mauvaise boîte, et laissez votre chien constater que vous lui avez joué un mauvais tour. Enfin, on répète la manipulation une dernière fois, mais cette fois, pointez à nouveau vers la boîte contenant une friandise et vous verrez que votre chien a de fortes chances de vous regarder avec un air signifiant, “on ne me la fait pas deux fois”.

C’est ce que les expérimentateurs ont mesuré. Ils ont découvert que si les chiens avaient tendance à prêter attention durant les étapes 1 et 2, ils n’étaient plus aussi enthousiastes au moment de l’étape 3 si on leur avait menti.

Plus intéressant encore : si nos sujets à quatre pattes finissaient par bouder le scientifiques qui les avait trompés pour de bon, ils étaient cependant tout à fait prêts à réaccorder leur confiance à un nouvel expérimentateur. La preuve d’une intelligence émotionnelle et sociale plus développée que ce que nous pouvions imaginer, et une bonne occasion de se rappeler que si un toutou ne nous semble pas très malin c’est peut-être parce que nous devons juste apprendre à l’écouter et à partager ses émotions. Alors, pas si bêtes, les chiens.

​​Merci d'avoir suivi cet épisode de Bêtes de science. Vous pouvez retrouver la chronique originale de Nathalie Mayer sur Futura et le podcast sur Spotify, Deezer, Apple Podcast, et bien d’autres. Pensez à vous abonner pour ne plus manquer un seul épisode et retrouvez nos autres podcasts sur vos applications audio préférées. On se retrouve dans deux semaines, avec de nouveaux comportements toujours aussi étonnants. À bientôt !

Musique :

Silly Intro et Freedom, par Alexander Nakarada

Fancy Family, par Rafael Krux

Breaktime et Marty Gots a Plan, par Kevin MacLeod

Licence: https://filmmusic.io/standard-license

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Bêtes de science

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install