Pourquoi les pandas se roulent-ils dans le caca ?

Bêtes de science

0:00
4:06
10
10

Pourquoi les pandas se roulent-ils dans le caca ?

Bêtes de science

Pour ce premier épisode de Bêtes de Science, nous nous tournons vers l'un des animaux les plus célèbres au monde : le panda. Ou plus spécifiquement, le panda de Qinling, son cousin à taches brunes. Habitant des monts Qinling, en plein cœur de la Chine, ce drôle d'animal a développé une habitude pour le moins... surprenante : se rouler dans le crottin de cheval !

« Dégoûtant, » direz-vous, « tout bonnement repoussant ! » Et pourtant... pas si bête. Pourquoi ? Pour le savoir, il vous faudra plonger dans ce tout nouveau podcast, produit par Futura.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Pour aller plus loin :

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Transcription du podcast :

Bienvenue dans Bêtes de Science, le nouveau podcast Futura qui fait la part belle aux animaux. Je suis Marie de la Boîte à Curiosités et pour ce premier épisode, on va s’intéresser à un comportement surprenant de l’un des animaux les plus célèbres au monde.

Vous connaissez le Panda géant ? Avec ses airs de gros nounours aux yeux cerclés de noirs, il a de quoi nous faire fondre. Mais c’est aussi le symbole des espèces menacées. La preuve, c’est même l'emblème de la fondation WWF. 

Nous avons manqué de douceur pour cet ours attachant que les légendes présentent comme un animal au grand cœur. Un cœur si grand qu'on raconte que c'est comme ça que des taches noires sont apparues sur la fourrure initialement d'un blanc immaculé du panda géant. Comme autant de traces de cendres laissées par leurs pattes essuyant leurs larmes à la mort d'un humain. Se bouchant les oreilles pour ne pas entendre les pleurs. Et se serrant dans les bras pour trouver du réconfort.

À le voir, avec son air débonnaire, assis là à mastiquer sans fin un bambou pourtant indigeste, une seule envie nous vient : lui faire un énorme câlin. Mais ne vous y trompez pas. L'animal a aussi ses petits défauts. Tiens, par exemple, il est un poil fainéant. Y compris lorsqu'il s'agit de séduire sa belle.

Pire encore – ou peut-être pas, selon les valeurs de chacun –, le panda géant semble avoir développé une étrange attirance pour … allez ! N'ayons pas peur des mots : le caca des autres. Et cette attitude est tellement rare chez les mammifères sauvages – qui préfèrent d’habitude s'en éloigner pour éviter des contaminations par des parasites – que des chercheurs ont voulu en savoir plus. Mais oourquoi diable les pandas géants aiment-ils tant se rouler dans le crottin de cheval ? En frotter et en étaler partout sur leur fourrure. Avec une préférence marquée, qui plus est, pour la fiente fraîche !

Ce qui leur a mis la puce à l'oreille, ce sont  les pandas de Qinling. Adeptes de la pratique, ces sympathiques créatures forment une sous-espèce rare dont les taches tirent sur le brun clair au lieu du noir.  Et, petit indice, ils ont pour habitude d’exhiber ce comportement lorsque les températures dans les montagnes où ils résident passent en dessous des 15°C… Alors, vous avez une idée de pourquoi ils font ça ? Mais si, vous chauffez… Littéralement !

En s'intéressant eux aussi de plus près au crottin de cheval (enfin je vous rassure hein, ils ne se sont pas roulés dedans) les chercheurs y ont trouvé deux substances intéressantes : le  bêta-caryophyllène et l'oxyde de caryophyllène . Celles-ci ont un super pouvoir : faire basculer, temporairement au moins, l'interrupteur de la sensation de froid sur « off ». Un atout bien pratique que les pandas géants avaient découvert  par l'expérience, en vivant aux côtés des chevaux parcourant depuis 1.000 ans les routes commerciales des monts Qinling. 

Eux qui, contrairement à leurs cousins les ours, n'hivernent pas, ont trouvé une solution tout aussi efficace pour lutter contre le froid : un revêtement 100% naturel qui fait office de chauffage. Nous sommes encore loin de nous inspirer de lui pour nous réchauffer l’hiver mais soyons honnêtes : pas si bête, le panda de Qinling !

Merci d'avoir suivi ce premier épisode de Bêtes de science. Vous pouvez retrouver la chronique originale de Nathalie Mayer sur Futura et tous nos épisodes sur Spotify, Deezer, Apple Podcast, Castbox et bien d’autres. Pensez à vous abonner pour ne rien manquer et à nous laisser un commentaire et cinq étoiles sur les plateformes de diffusion pour nous soutenir et améliorer notre visibilité. On se retrouve prochainement pour un nouvel épisode dédié aux comportement animaux les plus étonnants. À bientôt !

Musique :

Silly Intro, Freedom et One Small Rover par Alexander Nakarada

Stalker par Rafael Krux

German Beauty, par Sascha Ende

Licence: https://filmmusic.io/standard-license

Bruitages : BBC

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Cet oiseau mexicain s'est mis à la cigarette

Bêtes de science

Hans le Malin, le cheval qui savait compter

Bêtes de science

La fourmi du Sahara utilise un GPS solaire

Bêtes de science

The podcast Bêtes de science has been added to your home screen.

Pour ce premier épisode de Bêtes de Science, nous nous tournons vers l'un des animaux les plus célèbres au monde : le panda. Ou plus spécifiquement, le panda de Qinling, son cousin à taches brunes. Habitant des monts Qinling, en plein cœur de la Chine, ce drôle d'animal a développé une habitude pour le moins... surprenante : se rouler dans le crottin de cheval !

« Dégoûtant, » direz-vous, « tout bonnement repoussant ! » Et pourtant... pas si bête. Pourquoi ? Pour le savoir, il vous faudra plonger dans ce tout nouveau podcast, produit par Futura.

👉Abonnez-vous sur vos apps et plateformes audio préférées 🎙️

Pour aller plus loin :

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Transcription du podcast :

Bienvenue dans Bêtes de Science, le nouveau podcast Futura qui fait la part belle aux animaux. Je suis Marie de la Boîte à Curiosités et pour ce premier épisode, on va s’intéresser à un comportement surprenant de l’un des animaux les plus célèbres au monde.

Vous connaissez le Panda géant ? Avec ses airs de gros nounours aux yeux cerclés de noirs, il a de quoi nous faire fondre. Mais c’est aussi le symbole des espèces menacées. La preuve, c’est même l'emblème de la fondation WWF. 

Nous avons manqué de douceur pour cet ours attachant que les légendes présentent comme un animal au grand cœur. Un cœur si grand qu'on raconte que c'est comme ça que des taches noires sont apparues sur la fourrure initialement d'un blanc immaculé du panda géant. Comme autant de traces de cendres laissées par leurs pattes essuyant leurs larmes à la mort d'un humain. Se bouchant les oreilles pour ne pas entendre les pleurs. Et se serrant dans les bras pour trouver du réconfort.

À le voir, avec son air débonnaire, assis là à mastiquer sans fin un bambou pourtant indigeste, une seule envie nous vient : lui faire un énorme câlin. Mais ne vous y trompez pas. L'animal a aussi ses petits défauts. Tiens, par exemple, il est un poil fainéant. Y compris lorsqu'il s'agit de séduire sa belle.

Pire encore – ou peut-être pas, selon les valeurs de chacun –, le panda géant semble avoir développé une étrange attirance pour … allez ! N'ayons pas peur des mots : le caca des autres. Et cette attitude est tellement rare chez les mammifères sauvages – qui préfèrent d’habitude s'en éloigner pour éviter des contaminations par des parasites – que des chercheurs ont voulu en savoir plus. Mais oourquoi diable les pandas géants aiment-ils tant se rouler dans le crottin de cheval ? En frotter et en étaler partout sur leur fourrure. Avec une préférence marquée, qui plus est, pour la fiente fraîche !

Ce qui leur a mis la puce à l'oreille, ce sont  les pandas de Qinling. Adeptes de la pratique, ces sympathiques créatures forment une sous-espèce rare dont les taches tirent sur le brun clair au lieu du noir.  Et, petit indice, ils ont pour habitude d’exhiber ce comportement lorsque les températures dans les montagnes où ils résident passent en dessous des 15°C… Alors, vous avez une idée de pourquoi ils font ça ? Mais si, vous chauffez… Littéralement !

En s'intéressant eux aussi de plus près au crottin de cheval (enfin je vous rassure hein, ils ne se sont pas roulés dedans) les chercheurs y ont trouvé deux substances intéressantes : le  bêta-caryophyllène et l'oxyde de caryophyllène . Celles-ci ont un super pouvoir : faire basculer, temporairement au moins, l'interrupteur de la sensation de froid sur « off ». Un atout bien pratique que les pandas géants avaient découvert  par l'expérience, en vivant aux côtés des chevaux parcourant depuis 1.000 ans les routes commerciales des monts Qinling. 

Eux qui, contrairement à leurs cousins les ours, n'hivernent pas, ont trouvé une solution tout aussi efficace pour lutter contre le froid : un revêtement 100% naturel qui fait office de chauffage. Nous sommes encore loin de nous inspirer de lui pour nous réchauffer l’hiver mais soyons honnêtes : pas si bête, le panda de Qinling !

Merci d'avoir suivi ce premier épisode de Bêtes de science. Vous pouvez retrouver la chronique originale de Nathalie Mayer sur Futura et tous nos épisodes sur Spotify, Deezer, Apple Podcast, Castbox et bien d’autres. Pensez à vous abonner pour ne rien manquer et à nous laisser un commentaire et cinq étoiles sur les plateformes de diffusion pour nous soutenir et améliorer notre visibilité. On se retrouve prochainement pour un nouvel épisode dédié aux comportement animaux les plus étonnants. À bientôt !

Musique :

Silly Intro, Freedom et One Small Rover par Alexander Nakarada

Stalker par Rafael Krux

German Beauty, par Sascha Ende

Licence: https://filmmusic.io/standard-license

Bruitages : BBC

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Bêtes de science